Politique belge

"Nous ne pensons pas qu'il soit possible de sortir du nucléaire et de garantir la sécurité d'approvisionnement et la maîtrise du coût", a indiqué jeudi le vice-premier ministre fédéral Jan Jambon (N-VA) à l'analyse du pacte énergétique qu'il demande de "chiffrer" plus amplement. "Nous n'avons pas obtenu une baisse des charges sur les salaires pour augmenter ensuite le coût de l'électricité", a-t-il indiqué avant une réunion du comité ministériel restreint consacrée au pacte énergétique que doivent approuver l'ensemble des gouvernements du pays. 

"Nous ne sommes pas convaincus que ce soit possible avec ce qui est sur la table, il nous faut plus de chiffres", a précisé le chef de file N-VA.

Les quatre ministres de l'Energie ont conclu un pacte que doivent valider leurs gouvernements. 

"Nous allons présenter la vision sur laquelle nous nous sommes accordés", a indiqué la ministre fédérale de l'Energie Marie Christine Marghem. "Nous allons discuter du chiffrage et de la trajectoire. Mais avant d'aborder les chiffres, il faut s'accorder sur une trajectoire et celle-ci se fonde sur la loi de sortie du nucléaire en 2025", a-t-elle rappelé.

La ministre MR est disposée à réexaminer le texte mais "pas à changer fondamentalement" la conformité à la loi qui prévoit la sortie du nucléaire en 2025.