Politique belge

Le président du CD&V, Wouter Beke, a affirmé dimanche sa volonté de respecter la loi et l'accord de gouvernement qui prévoient la fermeture des centrales nucléaires belges en 2025, alors que son homologue de la N-VA, Bart De Wever, estime que le débat sur la sortie du nucléaire ne sera probablement pas tranché avant les négociations pour la formation d'un gouvernement en 2019. "Si cela tient à nous, elles (les centrales nucléaires) fermeront. C'est ainsi dans l'accord de gouvernement", a-t-il déclaré dans un entretien publié par le site d'information Newsmonkey.


"Ce qui se trouve sur la table (le projet de pacte énergétique présenté par les ministres de l'Énergie du fédéral et des Régions) doit encore être complété par des chiffres. Mais il est fondamental de faire le choix (entre la poursuite du nucléaire ou son arrêt)", a ajouté M. Beke.

Selon le président du CD&V, des investissements seront nécessaires dans les deux cas. "La question est: investissons-nous dans ce qui existe? En sachant que dans cinq ou dix ans nous devrons à nouveau investir dans l'existant. Ou faisons-nous la transition vers l'énergie durable, vers l'avenir de notre politique climatique et allons-nous dans cette direction? Je pense qu'il y a un consensus relativement large pour faire ce deuxième choix", a-t-il souligné.

Dans un entretien publié dimanche par le même site Newsmonkey, le président de la N-VA affirmait que le débat sur la sortie du nucléaire ne sera probablement tranché que lors des négociations pour la formation d'un gouvernement qui suivront les élections législatives de 2019.