Politique belge

Le décret sur la bonne gouvernance au sein des structures publiques, texte-phare après le scandale Publifin porté par la ministre des Pouvoirs locaux Valérie De Bue et adopté dans la nuit du 29 mars par le Parlement de Wallonie, a été revoté en urgence ce mercredi en raison de "coquilles dans la retranscription des services du greffe".

Comme lors du vote précédent, PS, Ecolo et PTB se sont abstenus. "Fin mars, nous avions dénoncé les conditions dans lesquelles nous avions dû travailler. Ces mêmes conditions d'urgence et de précipitation ont été imposées aux services du greffe", avait regretté en début d'après-midi Pierre-Yves Dermagne, le chef de groupe PS au Parlement de Wallonie, sans pour autant s'opposer au vote en urgence.

"C'est une erreur imputable à la présidence", avait pour sa part reconnu André Antoine en s'engageant à ce que le texte soit revoté en l'état, uniquement expurgé des erreurs techniques.

"Vous assumez vos responsabilités de président. C'est une erreur technique qui est déjà arrivée en d'autres endroits", lui avait répondu Jean-Paul Wahl (MR).

Concrètement, le texte a été revoté en urgence, mercredi après-midi, par la commission des pouvoirs locaux avant de revenir en séance plénière où il a de nouveau été soumis au vote. Il devrait désormais être rapidement publié au Moniteur belge.


Ecolo voulait réformer la validation des élections: c'est 'niet' pour le parlement wallon

Ecolo avait déposé une proposition de résolution visant à modifier la procédure de validation des élections. C'est 'niet', a répondu mercredi soir le Parlement de Wallonie, à 39 voix contre et 27 abstentions. "Les élections régionales visent à composer le Parlement. Et c'est ce même Parlement qui contrôle ces élections. Est-ce qu'on se rend compte qu'un candidat qui souhaite contester une opération électorale doit en fait introduire un recours auprès de ceux qui ont été ses adversaires pendant le même scrutin et dont la décision conduirait potentiellement à invalider leur propre élection? Ce système doit changer", avait auparavant souligné Stéphane Hazée, chef de groupe Ecolo au Parlement de Wallonie.


Le Parlement entérine le code wallon du Patrimoine

Le Parlement de Wallonie a entériné majorité contre opposition, mercredi, le premier code wallon du Patrimoine (CoPat), qui tend à simplifier et accélérer les procédures administratives, à clarifier les outils d'aides à la décision ou encore à impliquer les communes dans la protection de leur patrimoine. Cette réforme, qui va de pair avec la mise en place de l'Agence wallonne du Patrimoine, la nouvelle administration unique qui a désormais la charge du Patrimoine, avait déjà été approuvé en troisième lecture le 8 mars dernier par le gouvernement wallon.


Le parlement wallon approuve l'exemption des droits de succession pour les biens classés

Le projet d'exemption des droits de succession, partage et donation pour l'héritier d'un bien classé qui accepte de le restaurer, a été approuvé à une très large majorité mercredi soir par le Parlement de Wallonie, réuni en séance plénière. Ecolo s'est abstenu. Début mars, le gouvernement régional avait déjà approuvé ce projet en dernière lecture.

La Wallonie compte 2.973 biens classés comme monuments, dont 1.034 sont concernés par cette exemption, conditionnée à l'affectation des montants économisés à des travaux d'entretien, de maintenance ou de restauration des biens classés.

La mesure, dont l'impact budgétaire est estimé à 750.000 euros par an, ne concerne par ailleurs que les héritiers parents jusqu'au troisième degré dans le cadre d'une succession, le dispositif étant étendu aux époux et cohabitants légaux dans le cadre d'une donation, a notamment rappelé le ministre wallon du Patrimoine, René Collin (cdH).