Politique belge

Peter Mertens, président du PTB/PVDA, répond à Charles Michel sur le communisme. Son parti veut que l'Etat crée deux banques publiques. Il n'exclut pas une majorité PTB-SP.A-Groen à Anvers en 2018. Entretien.

A l’heure où le Premier ministre, interpellé par le succès grandissant du PTB/PVDA, pointe les dangers du communisme, Peter Mertens, le président du parti, un Anversois, veut casser les clichés.

Combien de membre compte actuellement le PTB ?

Plus de 10 000 membres. Nous en comptions 1 500 en 2008.

Ça ne va pas trop vite ?

Non parce que les 10 000, on peut les organiser. On veut créer quelque chose de solide. Nous ne voulons pas aller trop vite. Nous voulons que les gens deviennent membres de manière réfléchie. Le PTB, ce n’est pas un escalier pour une carrière politique.