Politique belge

Depuis le lancement de leur mouvement politique en 2012, les représentants du Parti Islam revendiquent rien de moins que l’instauration de la charia en Belgique et l’abolition de certaines libertés fondamentales. Ce parti islamiste compte déjà deux élus communaux, l’un à Anderlecht et l’autre à Molenbeek. Ce positionnement a déjà soulevé de nombreuses oppositions, dont une pétition pour interdire ce parti.

Le député fédéral MR, Philippe Pivin, a annoncé à nos confrères de La Capitale vouloir interdire ce parti politique en Belgique : "Nos valeurs fondamentales sont la tolérance, le respect et la liberté d’expression. Le Parti Islam utilise la liberté d’expression pour combattre nos valeurs fondamentales. Ça suffit !" Concrètement, le député profite de la demande du MR de revoir l’article 11 de la Constitution sur les droits et libertés pour y ajouter que toute atteinte qui vise à détruire les libertés reconnues est punissable.

L’échevin bruxellois Alain Courtois soutient pleinement son collègue libéral : "Autoriser un parti qui prône la destruction de nos droits et de nos libertés fondamentales, et qui plaide en outre pour l'instauration de la charia en Belgique est une aberration ! Le parti Islam doit être rayé purement et simplement du paysage politique belge !"

L’ancienne ministre fédérale Jacqueline Galant apporte également son soutien à cette démarche sur son compte Facebook.