Politique belge

La seule manière de réagir est de dissoudre l'intercommunale Publifin, a estimé mardi le président de DéFI, Olivier Maingain, de passage à Wavre pour lancer les listes provinciales et communales en Brabant wallon en vue des élections d'octobre 2018.

Fustigeant l'incapacité des trois partis aux commandes dans l'Intercommunale à mettre fin au scandale, Olivier Maingain a suggéré de transférer les activités principales et le personnel de l'intercommunale à une filiale de la Société régionale d'investissement de Wallonie (SRIW). "Pour l'instant, personne n'ose mettre Monsieur Moreau à la porte et les trois partis tournent autour du sujet. J'avais pourtant retenu que le CDH ne supportait pas qu'il reste en place... On ne peut pas éradiquer les dysfonctionnements sans mettre fin au statut d'Intercommunale de Publifin, et c'est possible", a affirmé le président de DéFI.

"Il faut choisir et simplifier le paysage politique wallon"

De manière plus générale, DéFI estime qu'une dizaine d'intercommunales au maximum devraient exister en Wallonie. Le parti amarante suggère par exemple de confier aux provinces les missions de développement économique exercées actuellement par certaines intercommunales. Cela offre l'avantage, selon DéFI, d'un contrôle démocratique (via le vote des citoyens) qui n'existe pas dans les intercommunales.

"Il faut choisir et simplifier le paysage politique wallon, même si certains mandataires vivent de ce système organisé: ce sera notre message fort pour les élections communales et provinciales", confirme le président de Défi.