Politique belge Le député européen Ecolo ne se montre pas moins hérissé par ceux qui utilisent la religion comme argument identitaire.

J e suis pour une totale séparation de l’Eglise et de l’Etat mais les chrétiens qui s’engagent en politique doivent pouvoir eux aussi affirmer ce pour quoi ils se battent." Fin décembre 2008, lors d’un débat politique à la rencontre des jeunes de Taizé au Heysel, un militant d’Ecolo peu connu montrait que son engagement de "catho pratiquant" n’avait rien à envier à ceux de Mark Eyskens, vieux briscard immémorial de la foi au CD&V et de Clotilde Nyssens, rescapée d’un certain esprit chrétien au CDH, parti officiellement humaniste.

Philippe Lamberts siège depuis lors au Parlement européen. Et ce fidèle, dans tous les sens du terme, de la paroisse du St-Esprit à Anderlecht ne met pas son drapeau religioso-philosophique en poche. Dans une interview sans langue de buis au "Vif", l’élu Ecolo confirme qu’il n’accepte toujours pas qu’on confine la religion à la sphère privée. Cet habitué de Taizé qu’il considère comme son "lieu d’enracinement" n’en est pas moins hérissé par l’attitude des hommes politiques qui utilisent la religion comme argument identitaire, et non comme démarche spirituelle.

Arrêter de considérer les croyants comme des arriérés…

Ce qu’il traduit avec son franc-parler traditionnel : "Si j’examine la cohérence entre le message de l’Evangile et l’action politique de ceux qui s’en réclament, j’ai vraiment envie de rigoler. Parce que, souvent, c’est tout le contraire"… Mais l’élu envoie aussi une volée de bois vert aux apôtres de la laïcité intégrale : "En Europe, depuis les Lumières, le combat pour le libre-examen, pour la reconnaissance d’un être humain capable de penser par lui-même, a été un combat difficile contre le pouvoir des Eglises chrétiennes. Ce combat de la laïcité devait être mené. Mais je pense que c’est allé trop loin. A gauche, on en est arrivé à assimiler la religion à l’opium du peuple, sans nuance. Avec condescendance, on considère les croyants comme des arriérés, des enfants qui se débarrasseront des oripeaux de la vie spirituelle une fois qu’ils deviendront adultes. On arrive peut-être à un moment où l’Europe est mûre pour vivre bien dans ses baskets à la fois le chemin spirituel et le libre-examen…"