Premier sondage: Pour qui voteront les Belges aux élections communales?

La rédaction de La Libre Publié le - Mis à jour le

Politique belge

Le 14 octobre, ce seront les élections communales. Pour qui voteront les Belges? Pour le savoir, le Baromètre politique "La Libre"/RTBF/Dedicated a sondé les électeurs dans quatre lieux clés de Wallonie et de Bruxelles: Namur, Liège, Charleroi et Schaerbeek. Voici les résultats.

Schaerbeek: Clerfayt en difficulté

Les résultats de ce premier coup de sonde sur la commune de Schaerbeek laissent présager de sérieuses difficultés pour le bourgmestre sortant Bernard Clerfayt (FDF). Il perd, en effet, près de 17% de ses voix et 9 sièges au conseil communal.

Ce n'est pas son adversaire principale, Laurette Onkelinx, qui profite de cette déconvenue - le PS perdant plus de 2% par rapport à 2006 - mais bien le MR qui présente une liste propre malgré que certains de ses membres aient choisi de rester fidèles à la Liste du bourgmestre. Pas moins de 12 sièges sont annoncés pour les bleus, confirmant une tendance constatée au niveau régional. Alors qu'Ecolo gagne deux sièges, le CDH s'écrase à un siège.

L'accord préélectoral signé entre Bernard Clerfayt, les verts et les humanistes ne suffirait donc pas à constituer une majorité. Le jeu semble donc beaucoup plus ouvert que prévu à Schaerbeek.

Clerfayt relativise

Mettant en doute la fiabilité du sondage, le bourgmestre de Schaerbeek a tenu à réagir jeudi soir. Parlant de "résultats scientifiquement aberrants", et de marge d'erreur "hallucinante", il a notamment mis en exergue l'attribution d'un siège au FN comme une "première erreur amusante", cette formation ne participant pas au scrutin, et l'impossibilité politique de voir le cdH passer de 5 à un siège.

Comme lui, les Libéraux Schaerbeekois, dont plusieurs poids lourds locaux figureront sur la Liste du Bourgmestre, ont par ailleurs souligné que les citoyens désireux de voter pour des libéraux étaient systématiquement attribués à tort au MR dans le sondage.

Charleroi: l'effet Magnette

L'arrivée de Paul Magnette fait manifestement du bien au PS. Après une baisse de 13% et la perte de la majorité absolue en 2006, les socialistes de Charleroi seraient en passe de retrouver, ou en tous cas d'approcher, leur niveau de 2002, lorsque Jean-Claude Van Cauwenberge régnait en maître sur la cité carolo.

D'après la baromètre de "La Libre" et de la RTBF, le PS progresserait de 4 sièges en octobre, ce qui lui donnerait une courte majorité absolue en sièges au conseil communal. Les autres membres de la majorité actuelle sont relativement stables (perte d'un siège pour le MR et statu quo pour le CDH).

Les socialistes iraient surtout chercher leurs voix supplémentaires dans les rangs de l'opposition, à Ecolo (en perte d'un siège) et surtout à l'extrême-droite (moins deux sièges) qui avait sans doute profité du climat délétère régnant à Charleroi en 2006.

Liège: encore plus rouge et bleue

A l'image des intentions de vote à l'échelle régionale wallonne, les intentions liégeoises donnent le PS et le MR largement vainqueurs des prochaines élections communales, le premier frôlant la majorité absolue avec 24 sièges (+ 3) sur 49, le second passant de 14 à 15 sièges. On fait grise mine, en revanche, au CDH (de 7 à 5 sièges) et chez Ecolo (de 6 à 5 sièges). Si ces tendances se confirment, le parallélisme entre les scrutins de 2006 et de 2012 sera quasi parfait: les gagnants encore plus gagnants, les perdants encore plus perdants.

Il y a six ans, pourtant, on avait pu expliquer ces résultats par une forte focalisation de la campagne électorale sur le combat des chefs socialiste (Willy Demeyer) et libéral (Didier Reynders). Le départ de l'ex-président du MR en terres uccloises et les dissensions internes au parti ne semblent donc nullement nuire aux bleus liégeois qui continuent à capter des voix ex-humanistes pour la plupart. Quant aux écologistes, il font sans doute les frais de la concurrence des petites listes d'ultra gauche (PTB+, Vega).

Résultat des courses: une coalition PS-MR ? Ce n'est certainement pas la préférence des socialistes, mais comment refaire une majorité avec un partenaire CDH à ce point en perte de vitesse ?

Namur: stabilité du PS

Le résultat-phare de notre sondage à Namur est la stabilité du PS. C'est un échec pour le parti.

D'une part, il ne récupère donc pas tout ou partie de ses pertes sèches de 2006, qui lui ont coûté le pouvoir et le maïorat. D'autre part, il ne pourrait pas penser renouer avec l'ancienne coalition PS-MR, que le sondage indique minoritaire (23 sièges sur 47).

Tout profit pour la majorité sortante CDH-Ecolo-MR et son bourgmestre CDH, Maxime Prévot.

Ce sondage a été réalisé par téléphone par Dedicated entre le 29 août et le 3 septembre 2012 sur un échantillon strictement représentatif (401 à 403 résidents selon les communes), sur l'entièreté du territoire et dans le respect des quotas sociodémographiques. La marge d'erreur maximale est de 4,9% sur l'échantillon total.

Découvrez tous les détails, toutes les analyses ce vendredi dans les colonnes de "La Libre".

Publicité clickBoxBanner