Politique belge

Le bureau politique d'Ecolo a regretté lundi matin que la coalition PS-cdH ne prenne, selon lui, "toujours pas la mesure de l'ampleur du désastre Publifin en rejetant sans aucune justification valable la proposition des Verts de mettre en place une commission d'enquête qu'ils déposeront en toute hypothèse".

"La coalition PS-CDH évite de se pencher sur le coeur des problèmes et fait de la sorte peser à son égard de lourds soupçons. Alors que chaque jour apporte son lot de nouvelles révélations, il importe avant toute chose de faire la lumière sur ces pratiques et sur leur étendue", ont déclaré les co-présidents d'Ecolo, Patrick Dupriez et Zakia Khattabi, à l'issue de la réunion.

Sans attendre, Ecolo a invité par ailleurs le gouvernement wallon à faire la plus grande transparence sur la composition de ses cabinets afin de s'assurer qu'il n'existe pas d'autre conflit d'intérêts.

Pour les Verts, le ministre des Pouvoirs locaux Paul Furlan n'a plus la légitimité nécessaire pour faire toute la lumière sur le scandale Publifin et mettre en œuvre les importantes réformes nécessaires. "Si PS et CDH continuent à refuser d'assumer leur responsabilité politique, une motion de défiance sera déposée lundi", ont ajouté les écologistes, à l'issue de la réunion de leur bureau politique.

Pour eux, une fois ces deux étapes franchies, il conviendra "évidemment, d'initier un vaste plan de réformes profondes de la gouvernance publique. A cet égard, Ecolo formulera prochainement de nouvelles propositions, notamment à partir de ce qui est sur la table depuis des années".

«Mais avant d'avancer dans cette voie, PS et cdH seraient plus crédibles en mettant tout d'abord en œuvre les réformes déjà adoptées à l'initiative des écologistes sous la précédente législature, et qui ont été torpillées par le gouvernement wallon", ont conclu les co-présidents d'Ecolo.

Le PS maintient sa confiance envers Paul Furlan

Le cas du ministre wallon des Pouvoirs locaux Paul Furlan n'est pas objet de débat au bureau du Parti socialiste qui s'est réuni lundi en milieu de matinée pour envisager le dossier Publifin, a-t-on appris auprès du porte-parole du parti. Le PS prouve de la sorte la confiance qu'il maintient en M. Furlan, fragilisé par le probable dépôt d'une motion de méfiance de l'opposition MR et Ecolo et par la prise en main du dossier gouvernance par le ministre-président wallon Paul Magnette, qui a toutefois l'intention de travailler de conserve avec le Thudinien.

A l'entrée du bureau, plusieurs personnalités socialistes ont rappelé les réformes que le ministre Furlan a déjà mises en oeuvre en Wallonie, et la nécessité de renforcer encore ces réformes.

Le président du PS Elio Di Rupo doit présenter au bureau du parti une batterie de mesures en ce sens, en termes de publicité des mandats et des rémunérations, ainsi que de limitation et de décumul.