Politique belge

Le ministre d'Etat est décédé, à l'âge de 69 ans. Il a succombé à une maladie des poumons.

Dites, devinez qui a pu écrire… “Le service que l’homme rend à l’homme, c’est ce qui fait la grandeur de la politique. Mais comment, en pratique, rendre service ? […] Toute approximation et toute improvisation sont à exclure. Dès lors, il faut s’atteler à la découverte d’une norme objective, d’un dénominateur commun : c’est le Bien commun. […] Tout cela, c’est peut-être très bien, c’est peut-être très beau, mais n’est-ce pas un peu angélique ? Vous avez raison de poser la question”. Ces lignes, où beaucoup est déjà dit, singularisé, interrogé, sont celles d’un rhétoricien de 16 ans. On les relit dans un numéro de “Flash”, la petite revue stencilée de son collège jésuite, le Sacré-Coeur à Charleroi, à la Noël 1964. Un rhétoricien dont même les moutards de sixième latine (l’actuelle première secondaire) connaissaient le nom, reconnaissaient à la récré la tignasse encore blonde. Ne venait-il pas de briller au tournoi d’éloquence sur le régionalisme organisé par le Mouvement européen, jusqu’à s’attirer l’attention et les foudres antifédéralistes de la vieille “Libre”  ?