Politique belge

Que serait la Belgique sans sa remise en question institutionnelle permanente ? Dans le grand foisonnement des idées sur l’avenir de ce pays mouvant, l’association représentant les jeunes libéraux (Les Jeunes MR) avance un pion. L’idée fait son chemin en Flandre, au CD&V et à l’Open VLD notamment : la refédéralisation d’une série de compétences actuellement gérées par les Régions et les Communautés, c’est-à-dire leur retour à l’échelon de pouvoir fédéral. C’est au tour des Jeunes MR de prendre officiellement position en faveur de cette idée qui semblait iconoclaste il y a peu.

"La Belgique ? Un confetti"

Concrètement, le premier pan de compétences à "remonter" vers le fédéral, c’est l’Energie, le Climat et l’Environnement. "Cela rendrait les compétences plus efficaces, constate Mathieu Bihet, le président des Jeunes MR. Avoir quatre ministres du Climat en Belgique, ce n’est pas malin, ce n’est pas utile. On n’arrive pas à mener une politique correcte à partir du moment où on divise un confetti à l’échelle mondiale - la Belgique - en quatre plus petits confettis encore… On l’a vu avec les crispations intrabelges durant les négociations sur l’effort climatique que la Belgique devait réaliser (le "Burden Sharing") . L’éolien offshore reste dans les mains fédérales, l’importation d’énergie aussi, les lignes haute tension également. Par contre, les énergies renouvelables et les lignes basse et moyenne tensions sont dans les mains régionales… Je ne comprends pas. Comment peut-on quitter le nucléaire pour aller vers le renouvelable alors que ce ne sont pas les deux mêmes autorités qui gèrent ces deux types d’énergie ?"

"Une question d’image"

La réfédéralisation des compétences Energie, Climat et Environnement demandée par les Jeunes MR n’est qu’un début. Il faut aller plus loin : "Il y a la Mobilité, le Commerce extérieur… Ce n’est pas possible de se dire qu’on envoie en Argentine des représentants de trois Régions différentes alors que personne dans ce pays ne connaît la Région wallonne. C’est une question d’image du pays à l’étranger, s’inquiète Mathieu Bihet. En matière de Mobilité, c’est pareil. Impossible d’être efficace à partir du moment où les voitures de société dépendent d’un niveau de pouvoir au niveau fiscal, les bus du régional, les trains du fédéral…. Il faut toujours se battre pour tout faire tenir en un seul bloc".

Autre absurdité du système institutionnel belge aux yeux des Jeunes MR : les accords de coopération. "Je ris nerveusement quand j’y pense : pour exercer certaines compétences régionalisées, il faut des accords de coopération entre les Régions… La N-VA avance un argument face aux autres partis flamands qui se sont déjà prononcés en faveur de la refédéralisation : elle leur dit qu’ils vont rendre un droit de veto aux Wallons. Mais le ‘veto wallon’ existe déjà puisqu’il faut passer par un accord de coopération."

La "sortie" médiatique du président Jeunes MR pourrait embarrasser le parti. En effet, le MR est beaucoup plus prudent sur la question de la refédéralisation. "Les Jeunes MR sont les pionniers du côté francophone. Ce n’est pas la position du parti, c’est vrai. Le MR n’est pas preneur d’une réforme de l’Etat. Je n’en fais pas non plus une obsession mais si c’est pour plus d’efficacité en refédéralisant, faisons cette réforme de l’Etat."

Le MR n’est pas demandeur

Le MR, embarqué dans une majorité délicate au fédéral, marche sur des œufs sur le plan institutionnel. La position officielle du parti du Premier ministre Charles Michel est plutôt chèvre-choutiste. "Nous ne sommes pas demandeurs d’une 7e réforme de l’Etat donc la question ne se pose pas dans l’immédiat", note Christophe Cordier, le porte-parole du MR. Quant au texte doctrinal des libéraux, c’est tout aussi tempéré : "Les libéraux soutiennent la rationalisation des structures pour une plus grande cohérence sur la base des principes de subsidiarité et de fédéralisme coopératif". La formule a le mérite, pour les libéraux, de ne fermer aucune porte pour 2019, tout en n’ouvrant pas la boîte de Pandore d’une nouvelle réforme institutionnelle.