Politique belge

Le kern, le comité ministériel restreint, qui s'était réuni ce jeudi, s'en entendu sur une mesure qui avait fait grand bruit au sein du gouvernement néerlandophone et dont la polémique avait enflé depuis. Le gouvernement fédéral souhaitait que certaines pensions puissent être réduites en fonction d'un nouveau mode de calcul qui prendrait en compte les périodes de chômage. La perte, pour certains pensionnés, aurait pu grimper à 140 euros par mois.

Les discussions auront duré cinq heures et il été décidé que rien ne changerait pour les plus de 50 ans. D'autres mesures devront être trouvées. Le président du s.pa, John Crombez, se félicite de cette décision. "Je suis très heureux que le gouvernement ait réalisé que c’était une mesure particulièrement mauvaise", a-t-il déclaré.

"Un premier pas", selon le député Kristof Calvo

"Il semble que le gouvernement retire enfin cette mesure", a réagi le député Groen Kristof Calvo à la décision du comité ministériel restreint de ne rien changer au système de pension des plus de 50 ans. "C'est une bonne chose. C'est bien que Charles Michel ait saisi le signal de nombreux Belges et de l'opposition", salue le député, tout en pointant les nombreuses incertitudes qui demeurent. Kristof Calvo est donc curieux de lire les petits caractères de l'accord. "J'espère que Charles Michel va communiquer de manière claire et franche. Surtout dans un thème aussi important que les pensions", souligne-t-il.

Groen a également encore de nombreuses questions sur le volet financier. "Cette mesure constituait une économie de 20 millions d'euros, mais l'accord sur le budget prévoit encore 273 millions d'euros en économies dans les pensions. Cela aussi le gouvernement devra le revoir", estime le parti. "Nous devrions en tout cas faire d'autres choix que d'économiser sur les pensionnés."

Kristof Calvo trouve positif que le gouvernement veuille remettre les chômeurs âgés au travail, mais il faut aussi des entreprises prêtes à leur donner une chance. "Il y a là aussi encore du pain sur la planche", conclut-il.