Politique belge

L'ex-footballeur professionnel Michel Renquin, qui évolua notamment au Standard et fut international à 55 reprises (demi-finaliste de la Coupe du monde à Mexico en 1986), sera tête de liste à la Chambre pour le Parti populaire aux élections du 25 mai, a annoncé lundi son président Mischaël Modrikamen. L'ensemble des têtes de liste du PP sont désormais connues.

Mischaël Modrikamen ambitionne de s'attaquer à l'hégémonie socialiste dans le Hainaut tandis que le météorologue Luc Trullemans, congédié d'RTL-TVI après qu'il s'est vu reprocher d'avoir tenu des propos racistes, emmènera la liste européenne. A Bruxelles, la tête de liste sera Tatiana Hachimi, une ex-candidate MR. François Van den Keybus, qui promeut des projets écologiques dans l'agriculture, tirera une liste bilingue dans le Brabant flamand, a précisé M. Modrikamen qui a également attiré à lui un ancien cadre de la Mutualité socialiste.

Peu de temps après l'annonce du PP, l'un des journalistes de la RTBF a partagé sur Twitter une photo de Michel Renquin adressant un salut nazi, sur le bord d'un terrain, en 1981. Ce geste lui a alors valu une suspension de 6 matchs.

Le Parti Populaire a contacté LaLibre.be afin de réagir à la publication de ce tweet: "Le Parti Populaire se réjouit d’accueillir en ses rangs Michel Renquin, sportif de haut niveau qui atteignit la demi-finale de la Coupe du Monde en 1986. Le parti dénonce l’exploitation tendancieuse et sortie de son contexte du salut effectué par Renquin lors d’un match de coupe d’Europe disputé avec le Standard à Cologne. Le geste fut justement réalisé pour dénoncer l’attitude houleuse et détestable du public allemand à son égard. Ne pas rappeler le contexte est de la désinformation."

"S'adapter à nos valeurs"

Après une série de meetings, le PP entend à présent se lancer pleinement dans la campagne autour des "trois 'i'" pour "réduction d'impôts", "insécurité", et "limitation de l'immigration". A cet égard, les immigrés peuvent venir en Belgique "s'ils s'adaptent à nos valeurs, pas question de la charria, et s'ils contribuent à la société, pas s'ils viennent se servir au banquet la Sécurité sociale", a commenté M. Modrikamen.

Alors qu'il a répété dimanche sur la RTBF qu'il se retrouvait en partie dans le discours de Marine Le Pen, en France, mais encore plus dans celui de l'UDC, en Suisse, Mischaël Modrikamen réfute l'étiquette d'extrême droite pour qualifier sa formation.