Politique belge

Le président de la N-VA Bart De Wever considère qu’il n’est pas opportun d’ouvrir le débat sur le financement public des cultes en Belgique. 

C’est "le fruit d’un compromis historique délicat", qui n’a pas de rapport avec les problèmes d’ingérence étrangère et le risque de radicalisation, réagissait-il samedi à la proposition de Gwendolyn Rutten. 

La présidente de l’Open VLD avait rebondi sur la polémique autour de la mosquée Fatih à Beringen pour remettre en question le système de financement public des cultes. "Toutes les religions doivent s’autofinancer", avait-elle asséné. Le CD&V souligne, lui, les avantages du financement public des religions, qui réduit notamment les besoins d’argent étranger. 

Le parti juge aussi le débat dénué de sens, car il faudrait réviser la Constitution, ce qui n’est pas possible actuellement. Le SP.A se dit ouvert au débat, mais seulement pour les élections de 2019, selon son président John Crombez.