Politique belge Le ministre s’est rendu cinq fois en Russie et est apparu sur la photo des Diables. Polémique.

Ceux qui ont regardé le dernier match des Diables Rouges en Russie, samedi après-midi, ont pu être surpris en fin de cérémonie de remise des médailles. En effet, les Diables et l’ensemble de leur staff ont posé pour la postérité devant un panneau indiquant qu’ils ont terminé à la troisième place de la Coupe du monde. La surprise est venue de Didier Reynders (MR) qui s’est invité sur la photo. Le ministre des Affaires étrangères n’a pourtant marqué aucun but, massé aucun joueur, donné aucune indication tactique, n’a fait aucun entraînement et n’a soigné aucune élongation. Pourtant, il était tout sourire sur la photo, comme si lui aussi avait droit à cette médaille de bronze. Sur les réseaux sociaux, le vice-Premier ministre s’est d’ailleurs solidement fait allumer pour son attitude. Les mots "opportunisme" et "récupération" étaient les plus utilisés.

Des vols gouvernementaux

C’est en fait, la cinquième fois que Didier Reynders se rendait en Russie ces dernières semaines pour suivre une rencontre des Diables Rouges. Si le chiffre peut paraître important, l’Ucclois le justifiait dimanche matin dans une dépêche de l’agence Belga. "La présence des autorités belges à l’événement est importante avant tout pour soutenir l’équipe nationale, mais aussi pour garder un dialogue fort avec la Russie". Visiblement irrité, samedi, qu’on lui pose la question de sa présence en Russie, Didier Reynders a déclaré que "Si d’aucuns jugent qu’il ne fallait pas se rendre en Russie, qu’on me donne alors une liste des pays où on peut encore aller." Lors d’un de ses voyages en Russie, il a d’ailleurs rencontré son homologue russe, Sergeï Lavrov, et deux autres voyages ont été couplés à des visites en Pologne et en Géorgie nous ont précisé les Affaires étrangères, dimanche après-midi. "Ces missions ont plusieurs aspects. Un aspect sportif bien entendu mais aussi un aspect consulaire et un aspect diplomatique. Il a également accompagné le couple royal et contre l’Angleterre, il était le seul représentant officiel belge sur place. Il s’agissait donc de représenter le pays", confirme Didier Vanderhasselt.

Tous ces voyages ont été pris en charge par le SPF Affaires étrangères et les déplacements ont eu lieu via des vols gouvernementaux. "La délégation était très petite à chaque fois", a conclu le porte-parole des Affaires étrangères.