Reynders: un contrôle budget sans miracle à attendre

Belga Publié le - Mis à jour le

Politique belge

Il ne fait pas s'attendre à des miracles lors du contrôle budgétaire en cours, sauf peut-être en ce qui concerne les charges patronales pour les trois premiers emplois dans les PME, a prévenu mardi le vice-Premier ministre Didier Reynders (MR). "L'important, c'est que le budget 2012 reste dans les clous", a-t-il affirmé lors de l'émission Matin Première de la RTBF, dont il était l'invité, alors que les principaux ministres du gouvernement fédérale devaient se retrouver vers 10h30 au Lambermont, la résidence de fonction du Premier ministre Elio Di Rupo, pour poursuivre leurs discussions budgétaires.

"Le contrôle budgétaire continue, mais je crois que le budget est à l'équilibre. On parle 78 millions d'euros à trouver, c'est une somme très marginale. Rien que les charges d'intérêt s'améliorent, puisque les taux d'intérêt sont en baisse tout le temps en Belgique", a poursuivi le ministre des Affaires étrangères.

Il a rappelé le souhait des libéraux d'anticiper fin 2012 la diminution des charges patronales sur les trois premiers emplois dans les PME, afin d'augmenter le pouvoir d'achat des citoyens.

Selon lui, "la relance, c'est avant tout soutenir la création d'emploi". "Mais il ne faut pas s'attendre des miracles, ni à des mesures spectaculaires parce que l'objectif premier c'est de maintenir la trajectoire budgétaire. On vérifie que le budget 2012 est dans les clous. Mais les orientations seront données pour 2013", a ajouté M. Reynders.

En matière de sécurité et de Justice, il a confirme la décision prise antérieurement d'engager 1.400 policiers supplémentaires en 2013. Mais pour 2012, on doit surtout faire des efforts en matière d'exécution des peines et d'accélération du suivi judiciaire, a-t-il dit, souhaitant donner la priorité à la lutte contre l'impunité.

Publicité clickBoxBanner