Rhode-Saint-Genèse imprimera bien des convocations électorales

Belga Publié le - Mis à jour le

Politique belge

Le conseil communal de Rhode-Saint-Genèse a décidé lundi soir d'imprimer des convocations électorales pour les élections communales du 14 octobre, et ce malgré le fait que le gouverneur du Brabant flamand Lodewijk De Witte a déjà envoyé des convocations en néerlandais à tous les habitants des communes à facilité, à la demande du ministre flamand des Affaires intérieures, Geert Bourgeois. Le conseil communal de Rhode-Saint-Genèse a décidé de faire imprimer 12.000 convocations en français et 12.000 en néerlandais. Cette décision a été validée uniquement par la majorité francophone de la commune.

Geert Bourgeois (N-VA) avait défendu mardi dernier l'envoi précoce des convocations électorales - en néerlandais uniquement - aux habitants des communes à facilités de la périphérie bruxelloise, en se référant au décret organisant les élections locales et provinciales en Flandre. Le ministre flamand avait notamment rappelé les "difficultés" survenues par le passé dans ce domaine. Il avait également évoqué la décision prise par certains collèges, ainsi que la position adoptée par certains bourgmestres faisant fonction, d'envoyer les convocations en français (aux électeurs francophones) ou de commander autant de convocations en français qu'en néerlandais.

La bourgmestre de Rhode-Saint-Genèse, Myriam Rolin, a estimé lundi soir lors du conseil que le gouverneur de la province n'avait pas agi correctement en envoyant les convocations électorales, à la demande de Geert Bourgeois. "La responsabilité de l'organisation des élections communales est bien du ressort des autorités communales", a-t-elle indiqué.

L'échevine flamande Anne Sobrie a, pour sa part, estimé que Geert Bourgeois avait agi correctement. "La majorité dans la commune comptait envoyer les convocations en néerlandais aux habitants néerlandophones et en néerlandais et français aux électeurs francophones, ce qui n'est pas conforme à la circulaire Peeters."

Le conseil communal a été légèrement perturbé par une quinzaine de membres du Tal Aktie Komitee (TAK). La police locale a forcé les membres du TAK à quitter la salle.

Publicité clickBoxBanner