Politique belge

Le gouvernement bruxellois a menacé jeudi de déposer une motion en conflit d'intérêt contre le plan de réforme de la protection civile du ministre fédéral de l'Intérieur, Jan Jambon (N-VA), si une ultime tentation de concertation devait échouer.

Motif: le plan ne prévoit que le maintien de deux unités (à Brasschaat et à Crisnée), ce qui lèse la Région bruxelloise notamment pour les accidents et attentats à l'aide d'agents CBRN-e (agents de type chimiques, biologiques, radiologiques, nucléaires et explosifs) . La Région bruxelloise dépendrait désormais de l'unité de protection civile de Brasschaat, portant à au moins deux heures les délais d'acheminement et de déploiement de matériel spécialisé vers la capitale, a justifié la secrétaire d'Etat en charge du Service de l'Incendie et de l'Aide médicale urgente (SIAMU) de la Région bruxelloise, Cécile Jodogne, à l'issue de la réunion du gouvernement Vervoort. Or, "la rapidité dans ce domaine est essentielle", souligne Mme Jodogne.

Celle-ci rappelle "le caractère densément peuplé de la Région et de son rôle de capitale nationale, européenne et internationale". Dès lors, "les risques d'accidents, d’incidents criminels ou d’attentats impliquant des agents CBRN-e (ne sont pas négligeables et leurs conséquences pourraient être de grande ampleur".

Le plan de Jan Jambon créerait "une situation aux conséquences potentielles graves pour la sécurité des personnes en Région bruxelloise, comme pour celle des services de secours et d’intervention", insiste encore Cécile Jodogne.