Politique belge

"Le débat et la réflexion se poursuivent au sein du cdH", a fait savoir jeudi la ministre Alda Greoli après ses propos sur la sortie de l'avortement du Code pénal. La ministre issue du Mouvement Ouvrier Chrétien (MOC) a créé la surprise mercredi soir en affirmant sur le plateau d'A votre avis (RTBF) que le cdH avait pris position en faveur de la sortie de l'interruption volontaire de grossesse (IVG) du Code pénal. Elle précisait qu'il s'agissait là d'une position officielle du parti.

Dans une réaction adressée à l'Agence Belga jeudi midi, elle a fait marche arrière en indiquant que la réflexion était en cours chez les centristes francophones.

A titre personnel, elle maintient toutefois sa position.

"Il est nécessaire à mes yeux de sortir l'avortement du code pénal parce qu'il faut mettre fin à la culpabilisation des familles et des femmes en particulier", a-t-elle déclaré, en apportant deux précisions.

Une "question fondamentale reste pleine et entière": celle de l'encadrement de l'IVG et des "normes nécessaires" qui doivent faire en sorte que l'avortement ne soit pas "banalisé". Ces normes se trouvent aujourd'hui dans la loi, "dont des sanctions qui demeurent nécessaires".

"Le plus important dans ce dossier est à la fois de reconnaître la liberté de la femme et le nécessaire accompagnement d'un acte qui est et reste toujours difficile. C'est donc bien par le renfort de la prévention et de l'éducation sexuelle et affective que cette question passe d'abord", a-t-elle ajouté.

Karine Lalieux (PS) demande que cesse l'hypocrisie 

La députée Karine Lalieux (PS) demande que cessent les "doubles discours" des partis politiques dans le débat sur la dépénalisation complète de l'avortement. Aux yeux des socialistes, il est temps que le parlement fasse son travail et se prononce sur les textes qui sont déposés. "C'est un retournement de veste pathétique du cdH et surtout une gifle pour l'ensemble des femmes. Quelle est encore la crédibilité du politique quand on voit ce genre d'attitude?", a lancé la députée après la courbe rentrante de la ministre cdH Alda Greoli.

Plusieurs propositions de loi sont inscrites à l'agenda de la commission de la Justice de la Chambre. Il y a un an, la majorité a ajourné le débat. Les textes devraient revenir mardi à l'ordre du jour.

La députée socialiste lance un appel au MR, parti du Premier ministre, Charles Michel.

"Il s'agit d'un débat éthique. Je demande au MR et au Premier ministre d'indiquer clairement qu'il appartient au parlement de s'en saisir et de travailler sur ces propositions. Laissons le parlement agir. Il y a un large consensus dans la société pour sortir l'avortement du Code pénal. Il existe aujourd'hui une possibilité de majorité alternative. Il est temps de passer au vote", a-t-elle dit.