Politique belge

L’inspection sociale s’intéresse au Festival international du film d’amour (le Fifa), présidé par le patron du PS et bourgmestre de Mons, Elio Rupo. Dans le cadre d’une enquête plus vaste portant sur des soupçons de fraude sociale au sein de la Province du Hainaut, le Fifa est également concerné, comme “La Libre” l’a révélé ce jeudi. L’enquête pourrait se précipiter pour le Fifa, dont l’édition 2018 (prévue en février) vient d’être subitement annulée de manière étonnante : les services de l’inspection sociale (direction de Mons) procéderont à de premières auditions début janvier sur le cas précis du Fifa.

Pour rappel, quel est le problème ? En clair, dans le collimateur des enquêteurs se trouve le système qui consiste à faire travailler les collaborateurs de Hainaut Cinema (l’ASBL provinciale chargée de promouvoir le 7e art) pour le compte du Fifa. Ainsi, le Festival du film d’amour, cher à Elio Di Rupo, bénéficie d’une forme d’aide financière indirecte en s’épargnant ainsi des coûts de main-d’œuvre. Le patron de Hainaut Cinéma et du département Cinéma de la Province, André Ceuterick – par ailleurs accusé de harcèlement – est par exemple le responsable bénévole du Fifa. Ni André Ceuterick ni Elio Di Rupo n’avaient réagi à ces informations.

Par contre, jeudi, par communiqué de presse, les autorités de la Province du Hainaut ont tenu à préciser que le rôle de Hainaut Cinema, et donc du personnel issu de la Province, vis-à-vis du Fifa était encadré par des liens clairs et transparents : “Le partenariat entre la Province de Hainaut et le Fifa se base sur des conventions en bonne et due forme. […] La Province est effectivement, depuis la création du festival, engagée dans un soutien à ce qui constitue un événement culturel majeur de son territoire. Elle concrétise ce partenariat par l’intermédiaire de son ASBL Hainaut Cinéma […]”

Personne n’a dit le contraire. Ce qui intrigue, c’est la nature et l’ampleur de ce “partenariat” entre les collaborateurs de Hainaut Cinéma dirigé par André Ceuterick et le Fifa dirigé par le même André Ceuterick. L’inspection sociale suspecte, comme déjà mentionné, une mise à disposition qui dépasserait justement le cadre de ces conventions.

Sous la protection de l’anonymat, une personne employée par l’ASBL provinciale livre, à La Libre, un témoignage éclairant sur la réalité des prestations pour le Festival international du film d’amour de Mons : “Dans notre travail pour Hainaut Cinéma, c’est juste de dire qu’une convention encadre les contributions au Fifa, confie cette source interne. Nous pouvons en principe consacrer 25 % de notre temps de travail pour participer au Fifa mais dans le but de promouvoir les activités cinématographiques dans la Province. Par exemple, en présentant un court-métrage financé par les autorités provinciales. Mais la réalité est tout autre : une de mes collègues est chargée de l’accueil au Fifa, une autre est en charge du protocole… Rien à voir avec la promotion de la Province. Il y a beaucoup d’autres exemples, on est tous dans ce cas. Par ailleurs, le Fifa est le seul événement cinématographique soutenu de la sorte par Hainaut Cinéma.