Politique belge

Le dirigeant de Nethys Stéphane Moreau est soupçonné par la justice d'avoir demandé à une magistrate fédérale d'intercéder en sa faveur auprès d'un juge qui instruisait le dossier Tecteo (aujourd'hui Nethys-Publifin), révèle vendredi le quotidien Le Soir. Lors d'un repas au restaurant en 2012, M. Moreau aurait demandé cette faveur à l'ancienne magistrate fédérale Nadine Jamar, aujourd'hui à la retraite.

"Quand on m'a fait cette proposition, je me suis levée de table comme une furie, j'ai voulu payer mon repas, mais la note avait déjà été réglée", raconte Mme Jamar, qui avait à l'époque déposé une plainte pour tentative de corruption.

En échange de sa future intercession auprès du juge d'instruction Philippe Richard, la magistrate aurait reçu l'assurance que l'avenir de son beau-fils, employé chez Tecteo, se déroulerait sous les meilleurs auspices.

Stéphane Moreau dément ces accusations et assure avoir porté plainte pour diffamation.

Le parquet général de Liège demandera lundi son renvoi devant le tribunal correctionnel pour corruption active.


Réaction de Stéphane Moreau

Il explique via un communiqué de presse qu'il a pris connaissance de l'article du Soir. Pour lui, il repose sur "un nouveau faux témoignage de Mme Nadine Jamar, magistrate en retraite depuis 2011, connaissance de longue date de Mr Moreau et amie personnelle du juge Philippe Richard".

L'homme tient à livrer sa version des faits.

" Il s’agissait d’un repas amical, prévu plusieurs jours à l’avance, qui s’est tenu entre Mr Moreau, Mr Delrez et Mme Nadine Jamar à l’été 2012. Il n’est donc aucunement question d’"invité surprise", ce qui est vérifiable, pièce à l’appui. Lors de ce repas, alors que Tecteo et ses filiales venaient de subir une dizaine de perquisitions (dont les objets débouchent tous aujourd’hui sur des non-lieux), l’ambiance qui régnait dans l’entreprise a été brièvement abordée. Ce repas, convivial de bout en bout, s’est terminé tardivement et Mme Jamar l’a quitté largement éméchée. Cette réalité a été confirmée auprès de la justice tant par Mr Moreau que par Mr Delrez. Qui plus est, Mr Delrez est un ami personnel de Mr Moreau depuis plus de 25 ans et n’a aucunement besoin de Mme Jamar pour discuter de sa situation professionnelle avec Mr Moreau, ce dont Mr Delrez a attesté auprès de la justice. Il est également à noter qu’à l’époque de ce repas, Mme Jamar est retraitée et que ce sont donc trois simples particuliers qui se retrouvent à table…"

"Dans l’article du Soir de ce jour, Mme Jamar ment à nouveau car le dossier judiciaire montre, via les témoignages des autres participants au repas, que celle-ci n’a jamais quitté ce repas. Plus grave encore, le dossier montre, pièces à l’appui, que Mme Jamar n’a jamais déposé aucune plainte de quelque nature que ce soit à l’encontre de Mr Moreau et encore moins pour une quelconque tentative de corruption. En outre, aucune photo n’a jamais été produite par Mme Jamar dans ce dossier. Le dossier fait au contraire apparaître que la seule intervention de Mme Jamar dans ce dossier consiste en la rédaction du document, d’ailleurs très flou, rédigé en 2015, soit trois ans après les faits, à la demande expresse du juge Richard. Ce dernier le reconnaît d’ailleurs dans le dossier."

"Mme Jamar commet donc aujourd’hui, à travers cette interview, une nouvelle infraction pénale, qui va faire l’objet d’une plainte pour faux témoignage, calomnie et diffamation", résume Stéphane Moreau qui conteste "avec force" les accusations de Mme Jamar étant donné qu'elles lui causent "un préjudice grave".