Politique belge

La désignation de Steven Vanackere au comité de direction de la Banque Nationale de Belgique (BNB) ne respecterait pas la loi de 2011 qui impose un tiers de femmes dans les conseils d'administration des sociétés cotées en Bourse et des entreprises publiques, a fait remarquer mardi la députée Laurette Onkelinx (PS) sur les ondes de Bel-RTL. 

"En 2011, nous avons voulu qu'il y ait, dans les sociétés cotées en Bourse et dans les entreprises publiques, au moins un tiers de femmes dans les conseils d'administration. La Banque nationale est cotée en Bourse. Je n'ai pas l'impression qu'en 2011, on ait noté dans la loi qu'elle valait pour tout le monde sauf pour la Banque nationale", a-t-elle expliqué.

Ce faisant, si le gouvernement désignait M. Vanackere (CD&V) en remplacement de la seule femme siégeant au comité de direction, Marcia De Wachter, il s'exposerait à des recours juridiques, a averti Mme Onkelinx.

Depuis quelques jours, le remplacement de Mme De Wachter fait polémique. Le CD&V soutient la candidature de M. Vanackere, ministre des Finances sous le gouvernement précédent, alors que l'Open Vld et la N-VA la remettent en question. La désignation de M. Vanackere priverait de femmes le comité de direction de l'institution. 

Le rôle de l'intéressé est également pointé du doigt dans le dossier des fonds libyens. Il était ministre des Finances en octobre 2012 lorsque les intérêts de fonds libyens gelés à la suite d'une décision des Nations Unies ont été libérés.