Politique belge Une semaine après avoir alimenté la polémique, le secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration s'est exprimé pour la première fois.

Theo Francken a formulé des explications au micro de la chaîne flamande VTM, après avoir suscité un tollé en critiquant les hommes qui portent de la lingerie féminine. Une semaine plus tard, il s'explique, sans s'excuser toutefois. "C'était juste mon opinion. Je ne voulais pas viser la communauté "holebi's" (NDLR: gays, lesbiennes et bisexuelles). Je trouve que les médias accordent beaucoup d'attention à ce genre de sujets. Il s'agit pour moi de phénomènes marginaux. Chacun peut faire ce qu'il veut et je n'ai plus à répondre à ce sujet. J'ai retiré mon post et c'est tout", a déclaré le secrétaire d'Etat.


Pour rappel, les mots écrits par ce dernier sur sa page Facebook avaient été virulents à l'égard des hommes qui se féminisent, provoquant une série d'indignations au sein du monde politique et de l'opinion publique. "Les hommes qui se maquillent, qui portent de la lingerie, qui portent une sacoche, qui sont enceintes… Le monde tourne-t-il encore rond ? Longue vie à l’homme ordinaire qui n’a pas besoin de toutes ces fadaises pour se sentir bien dans sa peau", pouvait-on lire, avant que le message ne soit effacé. La secrétaire d'Etat à l'Egalité des Chances, Zuhal Demir (N-VA), avait dû insister lundi sur le droit de chacun de vivre son identité sexuelle comme il l'entend. Elle déclarait cela en marge d'une citation du chanteur Iggy Pop sur Twitter.


De son côté, la députée cdH Catherine Fonck avait capturé l'intégralité du message de Theo Francken. "Rermpli de gros sous-entendus. Respect, liberté et tolérance sont des mots qu'il ne connaît manifestement pas", avait-elle publié.


Bart De Wever, le président de la N-VA a pris ses distances avec les propos polémiques de Theo Francken, mais a considéré qu'elles ne devaient donner lieu à des excuses.