Politique belge

L'ancien conseiller communal MR de la Ville de Bruxelles Alain Nimegeers est accusé par un sans-papiers de lui avoir promis une régularisation en échange d'un paiement de 3.000 euros, selon des informations de la RTBF qu'elle diffuse samedi soir.

Alain Nimegeers a été forcé à la démission du conseil communal en mai dernier, après son déménagement vers une commune de Wallonie. Les faits présumés racontés par la personne sans-papiers concernée, ont cependant eu lieu quand Alain Nimegeers était encore en poste à la Ville de Bruxelles. L'individu, auquel la RTBF donne le nom d'emprunt de Samir, a expliqué au groupe de médias de service public avoir "rencontré M. Nimegeers grâce une connaissance", qui était "en contact avec M. Nimegeers dans le cadre de l'obtention d'un logement social moyennant paiement d'une somme de 2000 euros".

L'homme de 32 ans d'origine marocaine affirme avoir rencontré le conseiller communal "pour la première fois fin janvier, dans un café du nord de Bruxelles". "Il m'a alors dit qu'il pouvait m'obtenir des papiers contre 3000 euros", raconte-t-il à la RTBF. Une somme de 2.750 euros sera donnée trois jours plus tard lors d'un second rendez-vous, car Samir n'avait pas pu se procurer la somme totale, affirme-t-il.

Selon la RTBF, l'élu a promis une issue favorable dans les trois mois, fin avril ou début mai. Samir n'a cependant reçu aucune bonne nouvelle sur ce sujet depuis. Mais il indique avoir obtenu un nouveau rendez-vous avec Alain Nimegeers, lors duquel il enregistre les conversations, des enregistrements qui ont été transmis à la RTBF. Dans une conversation, on y entend l'élu expliquer la manière dont ses relais, que l'on suppose être des fonctionnaires dans des administrations, interviennent à sa demande pour pousser un dossier, que ce soit "pour le logement" ou "pour les papiers".

La RTBF indique avoir contacté Alain Nimegeers pour réaction. Celui-ci, qui a quitté la vie politique, admet avoir rencontré le sans-papiers, mais nie lui avoir demandé de l'argent ou en avoir reçu. Il dit lui avoir expliqué qu'il allait transmettre son dossier à Theo Francken, "mais sans plus, que je ne pouvais rien faire d'autre", ajoute-t-il. "Je ne sais pas ce qui s'est passé derrière mon dos. Ce sans-papiers a essayé de me piéger, " indique encore Alain Nimegeers, qui était également conseiller CPAS et conseiller de police à la Ville de Bruxelles. L'ancien élu explique avoir l'impression d'être face à une "machination, dans un contexte de campagne électorale". Il précise qu'il va prendre un avocat et entend que la clarté soit faite dans cette affaire.

Samir a quant à lui sollicité le MRAX, le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et la Xénophobie, qui transmettra les pièces de ce dossier au procureur du Roi de Bruxelles, précise la RTBF.

Le MR "prendra les dispositions judiciaires adéquates" en cas de méfait avéré

Alain Courtois, Premier échevin MR à la Ville de Bruxelles, a brièvement réagi samedi soir aux révélations de la RTBF. Le chef de file MR à Bruxelles-Ville "confirme que le MR prendra toutes les dispositions judiciaires adéquates afin de dénoncer d'éventuelles manœuvres frauduleuses ou d'escroquerie dans le chef de cet ex-mandataire communal", peut-on lire dans une réaction transmise par son porte-parole Pierre-Benoît Sepulchre. 

Dans une réaction sollicitée par la RTBF, Alain Nimegeers a déjà nié toute volonté de sa part d'intervenir au-delà de la légalité dans le dossier de la personne sans-papiers concernée ou dans les dossiers concernant des demandes de logement social. Il affirme également ne jamais avoir demandé de l'argent à la personne dont la RTBF a relayé le témoignage, et ne jamais en avoir reçu.

Selon Alain Nimegeers, les sommes d'argent qu'il évoque dans certains extraits de conversation enregistrés "correspondent à de l'argent pour financer éventuellement une campagne électorale", de l'argent qu'il rembourse habituellement ensuite. "Le sans-papiers a peut-être mal compris ou d'autres choses ont été dites par ailleurs", ajoute-t-il. L'ancien élu souhaite faire la clarté sur cette "affaire grave".

Selon le service de presse d'Alain Courtois, Alain Nimegeers avait démissionné du MR il y a déjà plusieurs mois, et siégeait depuis en tant qu'indépendant.

En mai dernier, le conseiller communal bruxellois avait dû démissionner après avoir déménagé et s'être domicilié en Wallonie. Alain Nimegeers avait initialement été élu sous bannière FDF avant d'annoncer en octobre 2013 son passage au MR.