Un Bart De Wever peut en cacher un autre

Nicolas Capart Publié le - Mis à jour le

Politique belge

D'aucuns – à la mauvaise langue – souffleront en coulisses qu'on en avait déjà assez d'un... Pourtant, au-delà du mot ou de la plaisanterie, ce sera une réalité avec laquelle il faudra composer lors des prochaines communales organisées sous nos latitudes en octobre de cette année. Dorénavant, les séparatistes flamands de la N-VA comptent un deuxième candidat Bart De Wever dans leurs rangs. Un homonyme engagé, moins célèbre que l'original, vient en effet de s'inscrire sur les listes électorales de la ville de Kaprijke, située en Flandre Orientale.

Le néo-Bart est donc âgé de 48 ans et, au-delà de son récent engagement en politique, était initialement dentiste de formation. Ce dernier affirme être un fidèle partisan de la N-VA depuis toujours, et concédait récemment à nos collègues journalistes néerlandophones avoir été approché par ledit parti il y a six ans déjà. "À l'époque, j'ai dû refuser car je n'aurais pu combiner cela avec mon travail". Aujourd'hui, il a visiblement réaménagé son emploi du temps.

Pas dupe, De Wever bis sait que son nom est plus que probablement à l'origine de son recrutement par le parti du politicien le plus populaire de Flandre. Et il ne s'en cache pas... "Le parti espère que cela va lui apporter des voix supplémentaires. Moi aussi" avoue-t-il. Avant de conclure avec humour, en faisant référence au régime suivi par l'original: "La seule différence entre moi et le président, c'est que j'ai toujours mon ventre!".

Du côté de la N-VA, on est moins loquace sur le sujet. "Je n'étais même pas au courant de l'existence d'un Bart De Wever à Kaprijke", a déclaré peu convaincant Jeroen Overmeer, porte-parole du parti. Reste à inscrire le petit nouveau à quelques leçons de communication politique, histoire d'accorder les violons N-VA avant sa prochaine sortie de route dans la presse.

Publicité clickBoxBanner