Politique belge Un premier "conseil des ministres extraordinaire" a lieu dimanche, consacré à la sécurité et à la justice.

Le week-end s’annonce studieux pour le gouvernement fédéral. Surtout pour les ministres et secrétaires d’Etat concernés par les enjeux de sécurité. Dimanche, Val Duchesse accueillera le premier des trois "conseils des ministres extraordinaires" annoncés par Charles Michel. C’était au moment de la réconciliation actée entre le CD&V et la N-VA (qui s’étaient durement opposés durant le mois d’avril). Ce fut alors une façon pour le Premier ministre d’affirmer son leadership et de relancer la machine des réformes alors que certains observateurs, surtout flamands, décrivaient ironiquement un exécutif "en affaires courantes". Si certains "gros dossiers" semblent en effet peiner à avancer - on pense à la réforme de l’impôt des sociétés et à la taxe sur certaines plus-values - le fédéral tient à marquer des points au niveau de la justice et de la sécurité; le sujet mobilisera surtout des ministres néerlandophones. L’exécutif se réunira autour de cette thématique dimanche, en vue de dégager un accord sur une série de mesures non encore concrétisées et piochées dans l’accord de majorité.

La Sécu, toujours la Sécu

Mercredi, "La Libre" avait dévoilé certaines des mesures qui seraient soumises aux discussions. Depuis, il ne semble pas que cette liste ait sensiblement évolué. Theo Francken (N-VA), secrétaire d’Etat en charge de l’Asile et de la Migration, doit venir avec un "master plan" visant à augmenter la capacité de certains centres fermés. Son projet prévoit également le prolongement jusqu’à dix-huit mois du séjour des personnes en situation illégale dans ces centres. Il n’est pas encore certain qu’un consensus se dégage à ce sujet. Au rayon justice, l’assurance pour la protection juridique destinée aux justiciables qui n’ont pas droit au "pro deo", ainsi que son éventuelle déduction devraient retenir l’attention. Des mesures sont également annoncées en matière de contrôle des flux financiers d’associations liées au culte musulman, éventuellement soutenues de l’étranger. Les transferts d’argent liquide sont également dans le viseur du gouvernement Michel.