Politique belge Citoyens d’Aywaille est un groupe de citoyens "choqués par les scandales politiques".

Citoyen… un terme qui devient, avouons-le, galvaudé en cette période électorale, marquée par le rejet des scandales politiques; à l’aube du scrutin communal en effet, on ne compte plus le nombre de listes citoyennes… lancées par les partis traditionnels.

La différence avec Citoyens Aywaille, c’est que cette liste ne se revendique donc d’aucune appartenance. En effet, si Ensemble est apparentée MR, que la liste Progrès est une liste d’ouverture du PS et qu’Aywaille Demain est composée de membre du CDH, Citoyens Aywaille n’est composée "que" de citoyens… apolitiques. Pourquoi un tel mouvement ? Pourquoi maintenant ?

L’identité du groupe nous donne un élément de réponse… "Nous sommes des citoyens choqués par les scandales politiques à répétition qui ont émaillé la vie wallonne ces dernières années", explique Jean Close, membre de Citoyens Aywaille, "et qui constatent que rien n’a véritablement changé. Ici, à Aywaille, la plupart des partis n’osent pas se présenter sous leur nom et les affaires ont également eu droit de cité dans notre commune". Référence faite à la polémique des dépôts clandestins ou à celle des fouilles archéologiques dans le cadre du dossier d’immeuble en construction à Remouchamps.

Au-delà de la bonne gouvernance, de l’éthique et de la transparence qui, on l’imagine, ont une place de choix dans le programme de Citoyens Aywaille, cette liste citoyenne avance déjà quelques positions concrètes, sur l’aménagement du centre d’Aywaille notamment. "Nous voulons une suppression du giratoire et un retour à la situation antérieure, notamment en ce qui concerne l’hivernage des terrasses Horeca." Et d’avancer plutôt une place du village "partagée entre piétons et voitures, avec le moins de marquage possible, une zone 10 km/h où les piétons et les véhicules se partagent l’espace". Un peu comme à Herstal…

Arrêter l’urbanisation massive, freiner l’expansion des grandes surfaces, développer l’activité locale et les circuits courts ou engager des éducateurs de rue sont d’autres lignes de force…