Politique belge

La députée flamande Annick De Ridder a annoncé lundi son passage de l'Open Vld à la N-VA, affirmant qu'il s'agissait de l'"une des décisions les plus difficiles" de sa vie après quinze ans d'engagement politique au sein des libéraux flamands.

"Mais quand je vois ce qu'approuve l'Open Vld au sein du gouvernement Di Rupo, je ne puis m'y retrouver", a déclaré Mme De Ridder à l'agence BELGA.

L'annonce de ce ralliement au parti nationaliste flamand intervient au lendemain d'un "congrès d'avenir" que l'Open Vld présentait comme un retour à ses fondamentaux.

La députée flamande, âgée de 34 ans et originaire d'Anvers, siégeait depuis 2004 au nom des libéraux au parlement flamand. De 2007 à 2011, elle avait également été conseillère communale à Anvers et chef de groupe Open Vld au conseil communal, avant de mettre sa carrière politique en veilleuse au niveau local. Elle avait toutefois continué à siéger au parlement flamand, tout en menant une activité de consultante pour l'entreprise logistique Katoen Natie.

"J'ai décidé voici deux ans, après une période chargée en politique de réorienter ma carrière et d'être plus active dans le secteur privé", a-t-elle expliqué.

Elle a justifié son départ de l'Open Vld par l'orientation prise par le parti.

"Je ne me reconnais plus dans la manière avec laquelle l'Open Vld applique le libéralisme", a ajouté Mme De Ridder.

Elle a indiqué souscrire en revanche à la vision de la N-VA, qui a présenté son programme économique et institutionnel pour les élections du 25 mai prochain. "Ce projet m'attire", y compris dans la vision confédéraliste du parti de Bart De Wever, a-t-elle souligné.

Le bureau de la N-VA a approuvé dès lundi l'adhésion de l'ex-Open Vld.