Une seule liste... Des élections gagnées d'avance?

François Paquay Publié le - Mis à jour le

Politique belge Une situation particulière se profile dans les communes d'Onhaye, près de Dinant, et de Waimes, près de Verviers: a priori, il n'y aura qu'une seule liste aux élections communales. Mais les apparences peuvent être trompeuses, et les candidats bourgmestres sont unanimes: la démocratie n'est aucunement bafouée, et le débat aura bien lieu.

A Waimes, Daniel Stoffels est seul

Jusqu'à présent, Waimes Ensemble est la seule liste à présenter des candidats. Mais sa tête de liste, le premier échevin Daniel Stoffels, croit savoir que le cdH essaie de monter une liste. Une crainte infondée, si l'on en croit Albert Pequet, conseiller communal cdH, qui affirme qu'aucune initiative n'a été prise pour l'instant: "Je n'ai pas l'impression que les choses vont bouger. On se dirige vers une élection avec une seule liste."

Pour Daniel Stoffels, cette situation de monopole s'explique assez simplement: "Comme le dit le ministre Paul Furlan, si une commune est parfaitement gerée, il n'y a pas besoin d'opposants." L'échevin mise donc tout sur son bilan, et ne regrette pas l'absence d'opposition. Il considère que la politique a évolué, qu'il serait aujourd'hui plus approprié de remplacer ce mot par celui de gestion. "La politique coûte cher ; les choix de l'un, un jour, sont changés par le suivant, demain", analyse-t-il. "Pour moi, la politique, c'est de la déception ; la gestion, c'est la réussite." En 2006, Daniel Stoffels avait d'ailleurs été élu en manifestant son ras-le-bol de la politique.

Le candidat bourgmestre comprend cependant que la population puisse être déçue d'être privée de duel: "Pour l'électeur, c'est évidemment plus marrant si on se crêpe le chignon".

A Onhaye, le duel opposera le premier et le dernier de la liste

Christophe Bastin. Photo: Julien Van Espen

 

ICO sera vraisemblablement la seule liste proposée aux électeurs onhaytois en octobre prochain, comme c'était déjà le cas il y a six ans. Le débat aura bien lieu, mais en interne. En effet, le bourgmestre sortant et tête de liste Christophe Bastin sera opposé à Gérard Cox, président du CPAS et bourgmestre de 2000 à 2006, qui pousse la liste.

Pas de déni de démocratie ici non plus, selon Christophe Bastin: "La démocratie est respectée. En plus, ici, ce seront les cinq candidats ayant obtenu le plus de voix qui siègeront au collège, contrairement aux communes où il y a plusieurs listes, où les attributions de sièges sont le résultat d'arrangements entre candidats."

De son côté, Gérard Cox, le challenger, explique pourquoi ICO est la seule liste: "Ce n'est pas facile de se présenter contre des gens qui ne se divisent pas." Lui préférerait qu'une liste d'opposition soit présente: "Démocratiquement, ce serait mieux d'avoir plus d'une liste. Ça n'est pas heureux, tout le monde en est conscient. Pour l'électeur, ce n'est pas marrant."

Bourgmestre de 2000 à 2006, Cox se retrouve aujourd'hui face à son successeur, devenu entre temps député fédéral. "Je garde les pieds sur terre, j'espère faire jeu égal, mais Bastin a une bonne longueur d'avance."

Au final, les électeurs onhaytois et waimerais ne seront donc pas vraiment privés de leur expression démocratique ; la campagne risque juste d'être un peu plus monotone qu'ailleurs.

Publicité clickBoxBanner