Verhofstadt dénonce les "véritables intentions" de De Wever

Rédaction en ligne et Belga Publié le - Mis à jour le

Politique belge

"En attaquant ce qui constitue par excellence le lien qui réunit ce pays, Bart De Wever a démontré plus clairement que jamais ses véritables intentions. La seule chose qu'il souhaite, c'est la fin de la Belgique, la scission du pays et la création d'une Flandre indépendante", dénonce lundi dans une carte blanche au Soir l'ancien Premier ministre et actuel député européen Guy Verhofstadt, une semaine après le discours de Noël du Roi Albert II.

Bart De Wever, le président de la N-VA, a reproché la semaine passée au Roi de ne plus être neutre. Guy Verhofstadt réfute cet argument. "Le Roi n'a donné à aucun moment l'impression qu'il ne voulait pas placer Bart De Wever à la tête du gouvernement. (...) Il a essayé (...) de convaincre les autres partis qu'ils devaient lui donner la direction du pays. La vérité, c'est que Bart De Wever lui-même ne voulait pas endosser cette responsabilité."

Pour l'ancien Premier ministre, si le président de la N-VA veut supprimer la Belgique, il doit le dire et demander l'avis des électeurs. Or, il se garde de faire campagne sur l'indépendance de la Flandre. "On ne peut pas, en "stoemelings", priver les électeurs de leur pays, de leur démocratie, de leur Constitution et de leur chef d'Etat. Si c'est cela qu'on veut, il faut (...) avoir le courage de le dire. Il faut appeler les citoyens à rejeter la Belgique", estime le député européen.

Au lendemain du discours de Noël, Bart De Wever estimait qu'Albert II était devenu un roi de "division". Guy Verhofstadt juge, lui, que le nationaliste a fait de la division sa marque de fabrique, lui qui "veut se débarrasser de la Belgique" et "prévoit plus de prospérité et de bonheur quand on sera débarrassé de ces francophones."

Isabelle Durant appuie son collègue du Groupe Spinelli

Quand le consensus sur une monarchie protocolaire deviendra réalité, "et cela ne tardera pas", prédit la députée sur sa page Facebook, "BDW dira que c'est grâce à lui mais dira aussitôt après que ce n'était pas si important". Selon l'écologiste, Bart De Wever "ne fait que récupérer les fruits politiquement mûrs et les utiliser à ses fins".

Alors que le leader nationaliste prône un référendum sur la question de l'indépendance de la Flandre, Isabelle Durant constate que, "partout en Europe, quand on interroge les populations par référendum ou consultation populaire, par sur des sujets périphériques mais sur la question de l'indépendance, les nationalistes perdent. Ils ne gagnent que ce que la Flandre à déjà largement gagné : une large autonomie politique et institutionnelle".

Publicité clickBoxBanner