Politique belge

Ce mardi matin, un coup de tonnerre a retenti au sein du Parlement wallon. Le CDH s'est rallié au PS, qui avait déposé un texte visant à demander au gouvernement fédéral de retirer son projet de loi autorisant les visites domiciliaires.

La proposition émanant de Pierre-Yves Dermagne, chef de groupe PS, a été co-signée par Hélène Ryckmans, députée Ecolo.

Le CDH refuse de "transiger avec ses valeurs"

Pour la première fois depuis la chute du gouvernement wallon PS-CDH,humanistes, socialistes se sont entendus pour voter ensemble contre le MR. 6 députés (4 PS, 2 CDH) ont voté pour la proposition déposée par le PS. « Nous ne pouvons transiger avec nos valeurs, quel que soit le partenaire de majorité. Il n'y a aucune négociation là-dessus. Notre non est ferme », nous informe Dimitri Fourny, chef de groupe CDH au Parlement wallon, qui a voté pour le texte, comme le PS. . Isabelle Stommen, députée CDH, a également voté pour, tandis que les 4 députés MR présents se sont abstenus... "Ce texte de loi est pour nous imbuvable", reprend Dimitri Fourny. "Car il ne respecte pas le principe du domicile du citoyen et créé un délit de solidarité. Et porte atteinte au respect de la vie privée et à l'inviolabilité du domicile."

Dermagne: "Ce projet criminalise les personnes en séjour irrégulier"

"C'est la première fois que nous parvenons à cette majorité alternative. Je me réjouis que sur cette question de valeurs et de principes, le CDH ait pu dépasser les clivages. On espère qu'ils le feront encore à l'avenir sur d'autres thèmes", se réjoui Pierre-Yves Dermagne, chef de groupe PS au Parlement wallon. "Cela montre bien que ce projet de loi fédéral pose un gros problème: il criminalise les personnes en séjour irrégulier qui fuient la guerre et les bombes. Mais aussi les personnes qui les accueillent. C'est inacceptable.Le texte pose également problème au niveau juridique et de la procédure."

Le texte doit encore être voté en séance plénière dans trois semaines.

Geste courageux ou véritable coup de canif dans le contrat de mariage MR-CDH ? Car malgré des tensions indéniables, les partenaires de la nouvelle majorité s'étaient toujours entendus pour voter ensemble et former une courte majorité. Mais le CDH, en chute dans les sondages, entend affirmer son identité propre par des prises de positions plus fermes, et en accord avec ses valeurs.

Au-delà de ce texte hautement clivant, la question des conséquences de cette prise de position du CDH se pose inévitablement. Ce type de comportement est-il appelé à se reproduire ? Le CDH reste-il un partenaire fiable ? La majorité wallonne ne tient qu'à un siège...Selon nos informations, ce vote ne remet pas en cause la relation entre les deux partis. Le CDH avait averti le MR préalablement de sa décision.

Pour rappel, ce projet de loi porté par Theo Francken, Koen Geens et Jan Jambon, vise à autoriser les visites domiciliaires en vue d'arrêter une personne en séjour irrégulier sur le territoire belge. Cette visite peut avoir lieu au domicile de la personne en séjour illégal, mais aussi à celui de la personne qui l'héberge. C'est au juge d'instruction qu'il revient d'autoriser ou non cette visite. La majorité assure depuis le début qu'il ne s'agit que de clarifier une situation existante en mettant en place un cadre légal clair. Elle dénonce les amalgames et les campagnes de désinformation quant à la nature réelle du projet.

L'opposition a à plusieurs reprises critiqué cette mesure, qualifiant les visites domiciliaires de rafles.

De nombreux conseils communaux se sont par ailleurs prononcés contre ce projet, après que des motions ont été déposées.