Politique belge De retour de vacances, les présidents de parti ont du boulot et font face à des enjeux importants. Que va-t-il se passer à la Fédération Wallonie-Bruxelles ? Olivier Maingain, le président de Défi, va se positionner ce lundi. Il pourrait ouvrir le jeu.


De retour de Bourgogne, d’Italie ou du sud de la France, les présidents des partis francophones peuvent rallumer leurs agendas électroniques : on n’est pas et ils ne sont pas sortis de l’auberge… Le nouveau gouvernement wallon est sur pied, oui, mais une grave paralysie menace la Fédération Wallonie-Bruxelles et les fondamentaux dossiers de la réforme de l’enseignement. Une grave paralysie menace également le fonctionnement du gouvernement bruxellois où la place du CDH à la table des ministres se pose clairement. Et on n’ose pas encore imaginer à quoi vont ressembler les futurs comités de concertation entre les niveaux de pouvoir du fédéralisme belge alors que le MR vient de chiper la place du PS au Sud du pays…

Cette bisbrouille entre formations francophones vient doubler l’hyper-complexité du fonctionnement des institutions : deux Régions et une Fédération désormais gouvernées par des coalitions différentes entre elles et différentes de la majorité fédérale…

La rentrée politique va être chargée. Voici les pièges que vont devoir déjouer les présidents.