Politique belge

Suite à ses bons résultats aux élections communales à Hasselt, Steven Vandeput (N-VA) avait déclaré qu'il quitterait son poste de ministre de la Défense. 

La N-VA a annoncé ce vendredi qu'elle avait désigné le député européen Sander Loones pour succéder à M. Vandeput.

Sander Loones, qui est aussi vice-président du parti, deviendra ministre de la Défense et de la Fonction publique.

Opposé à la refédéralisation des compétences

En août dernier, alors que plusieurs personnalités du MR émettaient l'idée de refédéraliser certaines compétences, Sander Loones s'y était farouchement opposé. "Quand ils (le MR) réclament de remettre les soins de santé wallons, leurs propres politiques de mobilité, d’énergie et d’agriculture sous curatelle fédérale, le MR en revient à dire qu’ils ont besoin des Flamands pour mettre de l’ordre en Wallonie", avait-il écrit dans un texte cosigné par Matthias Diependaele, chef de groupe N-VA au Parlement flamand.

"La N-VA n’acceptera jamais qu’une politique flamande en soins de santé, d’enseignement, de mobilité, d’immigration ou de sécurité soit à l’avenir définie par des socialistes ou des communistes wallons", soulignaient les deux hommes avant de répéter leur préférence pour un confédéralisme plutôt qu’un fédéralisme.

"La Belgique,  la somme de deux pays"

Avant cela, en mai 2017, le vice-président de la N-VA avait déclaré être à la recherche "d'alliés qui pensent que la Belgique n'est plus un pays, mais la somme de deux pays". "La sixième réforme de l'Etat était, pour moi, la dernière. On veut maintenant avoir une conversation entre adultes pour le confédéralisme".

Cherchant des alliés francophones pour mener à bien ce confédéralisme, M. Loones soulignait encore que la N-VA n'est "pas un parti révolutionnaire". "Nous voulons une évolution, mais pas de révolution. Nous savons qu'il est difficile de changer quoi que ce soit dans ce pays. Nous sommes donc à la recherche des majorités" nécessaires, expliquait-il.