Politique belge

Il serait idiot de dire, à un an des prochaines élections législatives, qu’il reste très peu de temps au gouvernement fédéral pour mener à bien les réformes toujours en rade et qu’il a promis de faire aboutir. Et pourtant, avec le double scrutin communal et provincial du mois d’octobre prochain, les partis politiques entrent déjà en campagne électorale. Les affaires de l’Etat commencent doucement à devenir courantes. Officieusement en tout cas.

Les positions radicales des uns et des autres sur différents sujets et les saillies en tout genre ne laissent plus planer aucun doute. Le compte à rebours électoral est lancé. Les exécutifs en exercice au fédéral et dans les Régions vont être ralentis, voire pollués par la campagne. Et pour mener à bien les quelques réformes annoncées et attendues, ils devront rester concentrés. Rien de pire, en effet, pour un gouvernement, de devoir faire aboutir de longs dossiers complexes en étant torpillé par des débats électoralistes. Chacun souhaitant, en cette période qui précède la récolte des suffrages, rappeler à l’électeur qu’il existe et qu’il se sent proche de ses préoccupations du moment.

Le souci du collectif

(...)