Sciences - Santé

Les deux satellites de télécommunications embarqués à bord du lanceur européen Ariane 5, qui a décollé jeudi soir de Guyane française lors d'une mission entachée d'une "anomalie", ont été mis en orbite, mais pas au bon endroit. Arianespace, la société qui commercialise les lancements, a toutefois indiqué espérer un futur "repositionnement des satellites au bon endroit grâce à leur système de propulsion". "Les dernières nouvelles étaient rassurantes après de fortes inquiétudes", ajoute-t-elle, contactée par l'AFP.

Après le décollage, et plusieurs minutes de vol, le contrôle de la mission avait en effet "perdu le contact" avec la fusée, pendant près d'une demi-heure. La perte de contact, "quelques secondes après l'allumage de l'étage supérieur", a duré "de la 9e à la 37e minute de la mission", a précisé Arianespace dans un communiqué.

Dans un premier temps, il était impossible de savoir si les deux satellites transportés, SES-14 et Al Yah 3, avaient bien été séparés et placés sur orbite. "Par la suite, les deux satellites ont été confirmés séparés, acquis et mis en orbite", indique Arianespace. Mais ils n'ont "pas été séparés à l'endroit où ils auraient du l'être".