Sciences - Santé

"Je ne peux pas attendre deux ans pour que mon petit soit suivi par un service d’accompagnement. On perd des précieuses années, celles de la petite enfance où le cerveau est le plus plastique. Il faut que mon enfant progresse suffisamment pour aller dans une école ordinaire comme tout le monde. Il y a urgence !", dit une maman qui, après le diagnostic de son fils à 2 ans et demi, voit les mois passer sans rien pouvoir mettre en place au quotidien, sauf une séance ou deux de logopédie non remboursées !