Sciences - Santé

Beaucoup de pays sont trop laxistes avec l'alcool, émettant des recommandations de santé publique qui exposent les consommateurs à un risque important, ont affirmé vendredi des chercheurs dans une étude publiée par The Lancet.

Ces scientifiques, épidémiologistes ou spécialistes de santé publique, ont établi que le niveau de consommation sans danger exagéré était de 100 g d'alcool pur par semaine. Cela correspond à 10 verres "standard": 25 cl de bière, 10 cl de vin, ou 3 cl d'alcool fort.

Ce niveau, le plafond du "risque de mortalité minimal", a été calculé en examinant la durée de vie et les causes d'une éventuelle mort chez environ 600.000 buveurs, sujets de 83 études médicales.

Parmi les pays qui devraient abaisser leurs recommandations, les auteurs citent l'Italie, le Portugal et l'Espagne, et à un moindre degré les États-Unis, le Canada ou la Suède.

Mais ils en omettent d'autres qui ont des recommandations proches, comme la Belgique (21 verres par semaine pour les hommes, 14 pour les femmes) ou la Suisse (10 à 15 verres par semaine pour les hommes).

La France est plus sévère: Santé publique France avait rendu publique en mai 2017 une recommandation d'experts indépendants à 10 verres par semaine maximum.

Selon la base de données de l'Alliance internationale pour la consommation d'alcool responsable (IARD), organisation d'alcooliers, certains pays fixent la limite bien plus haut, à 40 g d'alcool pur par jour: la Corée du Sud, l'Espagne, l'Estonie, le Japon, la Roumanie ou encore l'Uruguay.

L'étude dans The Lancet indique qu'à l'âge de 40 ans, on diminue son espérance de vie de six mois en consommant de 100 à 200 g d'alcool par semaine, d'un à deux ans avec 200 à 350 g, et de quatre à cinq ans avec plus de 350 g.

Les conseils de modération semblent de toute façon mal suivis. Parmi les personnes étudiées, "environ 50% ont dit boire plus de 100 g d'alcool par semaine, et 8,4 plus de 350 g par semaine", notent les auteurs.

David Spiegelhalter, professeur à Cambridge qui n'a pas participé à l'étude, a calculé que chaque verre, au-delà des 10 par semaine, raccourcissait la vie de 15 minutes. "Bien sûr il appartient à chacun de voir s'il pense que ça vaut le coup", a-t-il dit à Science Media Centre.