Sciences - Santé

Bientôt fini, le règne des petits personnages animés dans les publicités de produits à intérêt nutritionnel très discutable, ciblant les enfants ou leur souriant sur les emballages, boîtes de céréales, paquets de biscuits et autres aliments? 

C'est en tout cas ce que souhaite vivement le BEUC, Bureau européen des unions de consommateurs. Les associations regroupées en son sein appellent en effet les fabricants et distributeurs de l'agroalimentaire à "cesser d'utiliser leurs mascottes et/ou personnages de bandes dessinées ou films pour vendre leurs produits à faible intérêt nutritionnel aux enfants".

Il ne fait plus aucun doute aujourd'hui, et cela a d'ailleurs été démontré dans des études, que le marketing basé sur un personnage influence le comportement alimentaire des enfants. D'après l'Organisation mondiale de la santé (OMS), il existe un lien irréfutable entre la publicité vantant les aliments très gras, sucrés ou salés et l'obésité infantile. Or, comme le confirme une enquête du BEUC, ces séduisants petits personnages se retrouvent très fréquemment - et non par hasard - sur les produits alimentaires peu sains destinés aux plus petits. Sur plus de 100 produits répertoriés, les membres du BEUC n'en ont trouvé qu'un seul où le personnage promeut un fruit ou un légume.,

Alors qu'une étude vient de souligner, une fois encore, l'augmentation croissante du nombre de personnes obèses - soit aujourd'hui une sur dix dans le monde -, les ministres de la Santé des Etats membres de l'UE adopteront, ce vendredi 16 juin, des recommandations pour lutter contre l'obésité infantile. Le texte invite les Etats membres à prendre des mesures pour réduire le marketing alimentaire ciblant les enfants

Monique Goyens, Directrice générale du BEUC, a commenté :

" Quel parent n’a jamais été supplié par son enfant d’acheter des céréales ou des biscuits avec un personnage sur l’emballage ? Les personnages qui font la publicité d’aliments peu nutritifs compliquent la tâche des parents qui veulent s’assurer que leurs enfants ont une alimentation saine. Si nous voulons protéger la santé des enfants, les personnages doivent disparaître des aliments peu sains."

"Les enfants sont incapables de faire la différence entre publicité et divertissement. Les publicitaires l’ont bien compris, mais la santé des enfants doit passer avant les profits. Avec un tiers des enfants obèses ou en surpoids, l’obésité infantile est devenue un problème majeur de santé publique en Europe."

"De nombreuses organisations internationales, professionnels de la santé et associations de consommateurs ont déjà sommé l’industrie agro-alimentaire d’améliorer ses pratiques de marketing pour mieux protéger les enfants. Malheureusement, ceux-ci sont encore exposés à de nombreuses formes persuasives de marketing, tant dans les supermarchés qu’en ligne."