Sciences - Santé Des scientifiques américains de l’Université de Pennsylvanie ont développé un implant cérébral permettant d'améliorer la mémoire, rapporte le New York Times. Les résultats de ces premiers tests pourraient mener à des avancées dans le traitement de la démence, des lésions traumatiques cérébrales et autres maladies qui endommagent la mémoire.

Bien qu'encore expérimental, le test utilise un dispositif qui ressemble à un pacemaker. Il envoie des signaux électriques pour aider le cerveau quand ce dernier a du mal à stocker de nouvelles informations mais il reste à l'arrêt quand le cerveau fonctionne normalement. Il en ressort que l'implant améliore de 15% la capacité à mémoriser des mots.

Les chercheurs se sont basés sur des implants similaires déjà utilisés dans d'autres recherches pour bloquer les activités anormales du cerveau. "Si ce système peut être répliqué et étendu, nous pourrons alors utiliser la même méthode pour trouver les caractéristiques de l'activité du cerveau qui pourront prédire de bonnes performances. C'est excitant", ajoute Bradley Voytek, professeur assistant à l’Université de Californie.

Des listes de mots à retenir

L'étude s'est déroulée sur plusieurs semaines sur 25 personnes atteintes d'épilepsie. Les patients devaient passer des tests de mémoire consistant à mémoriser une liste de mots. Après une autre activité, ils devaient se remémorer le plus de mots possible. Ces tests étaient répétés fréquemment: certains avec l'implant stimulateur de mémoire et d'autre sans, pour pouvoir comparer. En moyenne, ils retenaient 15% mieux les mots avec le logiciel. Toutes les possibilités de cet outil ne sont pas encore connues car il a été testé pour le moment uniquement sur des personnes épileptiques.

Le Dr Kahana, professeur à l’Université de Pennsylvanie et principal auteur de l'étude, présente l'avantages et l'inconvénient de ses recherches. D'un côté, les implants semblent améliorer la mémoire, au niveau de la récupération d’informations plus que du stockage. De l'autre côté, l'implant nécessite le placement de nombreux électrodes sur le cerveau, ce qui rend l’opération délicate. Il tente pour le moment de commercialiser son invention.