Sciences - Santé Les produits destinés aux petits ne sont qu’un argument marketing sans efficacité.

Nos confrères de 60 millions de consommateurs se sont penchés sur la composition et l’efficacité des crèmes solaires pour enfants.

Conclusion : ces crèmes ne sont pas meilleures que celles pour adultes et un seul flacon peut donc servir pour toute la famille.

"Une crème solaire haute ou très haute protection conviendra à toute la famille, et même aux enfants dont la peau est particulièrement sensible aux UV", écrit le magazine. "Les crèmes enfants de notre échantillonnage n’apportent aucune valeur ajoutée, les différences de compositions entre les crèmes familiales et kids sont infimes", selon le magazine.

Et de rappeler "qu’aucune recommandation officielle n’indique qu’il faille choisir des produits estampillés enfants pour les plus jeunes".

Lors de ce test, 60 millions de consommateurs a analysé dix crèmes pour adultes et neuf pour enfants, selon trois critères : efficacité de la protection, toxicité potentielle, qualité de l’étiquetage. Verdict, chez les enfants comme chez les adultes, c’est la marque Avène (Eau thermale) qui arrive largement en tête, avec une note de 18/20. Chez les enfants, 60 millions de consommateurs épingle plus particulièrement deux produits. D’abord, Lancaster Wet Skin sun for kids, qui récolte un 9,5/20 en raison "de la présence d’ethylhexyl methoxycinnamate". "Ce filtre UV est pointé du doigt comme un perturbateur endocrinien potentiel", souligne le magazine.

Le spray hydratant bio Lovea Kids hérite d’un 6,5/20 car il affiche un indice "qui correspond à la catégorie haute protection" alors qu’il "devrait être classé en faible protection", selon les résultats du test. Chez les adultes, quatre crèmes n’obtiennent pas la moyenne : Bioderma Photoderm MAX brume solaire, Lancaster wet skin sun sport, Garnier Ambre solaire sensitive expert + brume sèche protectrice et Clarins spray solaire lait fluide sécurité.

Les trois premières "contiennent des perturbateurs endocriniens potentiels". La quatrième affiche un indice "qui correspond à une très haute protection " alors qu’elle est "à la limite de la catégorie haute protection ".