Sciences - Santé Après une tentative de suicide par arme à feu, un Américain de 31 ans avait perdu son nez et sa mâchoire. Depuis lors, Andy Sandness n'osait plus sortir de chez lui. S'il avait retrouvé le goût de vivre après être passé à deux doigts de la mort, il avait en revanche perdu ce qui faisait de lui ce qu'il était : son visage. 

Heureusement, en 2012, il est approché par des médecins de la Mayo Clinic de Rochester dans le Minnesota. Ils lui proposent de lui greffer un nouveau visage qui remplacera définitivement les prothèses qu'il portait. Enjoué à l'idée de pouvoir revivre normalement, Andy accepte. 

Commencent alors trois années de préparation pour le personnel médical. Les chirurgiens reproduisent plus de 30 fois les gestes qu'ils feront durant cette opération très précise. 

Une opération inespérée

En juin 2016, tout est enfin prêt. Andy se rend à l'hôpital pour recevoir son nouveau visage. L'opération dure 56 heures et nécessite 40 personnes dans la salle. 

Durant les 24 premières heures, les chirurgiens prélèvent le visage du donneur. 32 heures supplémentaires sont nécessaires pour reconstruire le visage d'Andy. Il faut en effet y greffer les muscles et les os pour qu'il puisse sourire ou tout simplement ouvrir et fermer les yeux. Bref, c'est encore plus complexe que ça en a l'air.

La convalescence est longue pour Andy mais, aujourd'hui, il peut revivre normalement. "Je me sens comme une personne normale. Je peux sortir, aller au centre commercial. Plus personne ne me fixe ou me pose des questions. Je suis tellement reconnaissant pour ce cadeau", explique le patient, ému. 

Il faut dire que le résultat est tout bonnement époustouflant. 

Si cette opération n'est pas encore très courante, elle n'est pas la première du genre. En 2005, Isabelle Dinoire avait été la première personne à être greffée du visage suite à la morsure d'un chien. Malheureusement, elle est décédée en 2016 suite à des complications dues à la greffe.