Sciences - Santé

Pour mieux faire comprendre ses recherches sur les antibiotiques, Jean-François Collet, professeur à l'Institut de Duve de l'UCL prend volontiers l'image d'une forteresse, dont le donjon est entourée de deux murs d'enceinte où veillent des sentinelles. Comme une histoire pour enfants où une fois l'assaut donné, on passe à l'attaque avec plus ou moins de succès.

Il y a exactement trois ans (La Libre du 18 décembre 2014), le chercheur nous avait ainsi conté la découverte de son laboratoire, à l'époque publiée dans la prestigieuse revue scientifique Cell. Son équipe avait alors réussi à élucider l'un des mécanismes de défense des bactéries aux antibiotiques. Les chercheurs de l'UCL avaient en effet démontré que, pour se protéger, les bactéries font appel à des sentinelles qui donnent l'alerte dès que, par exemple, un antibiotique apparaît. Elles organisent en quelque sorte leur défense, au point de rendre parfois la médecine impuissante. On ne cesse de le clamer : la résistance des bactéries aux antibiotiques est un problème de santé majeur, une urgence mondiale.

Aussi, la nouvelle découverte que viennent de publier, dans la revue américaine PLOS Biology, Jean-François Collet et son équipe n'est-elle pas dépourvue d'intérêt. Loin de là. Les chercheurs ont tenté de comprendre comment ces bactéries se défendent, afin de pouvoir ensuite mieux les attaquer.

(...)