Sciences - Santé Avoir accès, en un seul clic, à son dossier médical détenu par le médecin généraliste, à des informations de sa mutualité, de son pharmacien ou sur des associations de patients: voilà qui est dorénavant possible via le portail en ligne Masanté,que vient de lancer, ce mardi, la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, Maggie De Block (Open Vld). Qu'il s'agisse de données médicales ou administratives, il sera en effet désormais possible de consulter par voie électronique toutes ces informations. Objectif avoué de l'initiative : aider les citoyens à devenir le copilote de leur propre santé.

"Nos citoyens et patients ne veulent pas simplement subir un traitement, explique Maggie De Block. Ils souhaitent aussi avoir leur mot à dire. Cet outil facilitera leur participation. Masanté permet notamment aux citoyens d'accéder à toutes les données relatives à leur propre santé et pouvant être consultées en ligne, ce qui fait qu'ils sont mieux informés et qu'ils peuvent jouer un rôle plus actif dans leurs soins."

Aujourd'hui, s'il souhaite consulter des données médicales ou médico-administratives, des informations sur les déclarations anticipées, etc., le citoyen a le choix entre diverses plateformes. Mais encore faut-il qu'il les connaisse, ce qui ne semble pas toujours être le cas. D'où la volonté de la ministre fédérale de la Santé de simplifier la démarche avec la création de la nouvelle plateforme Masanté.

Comment ça marche?

Une fois connecté sur le portail de Masanté, le citoyen pourra cliquer sur des liens renvoyant vers toutes les autres plateformes disposant de données de santé le concernant. "Ainsi, Masanté deviendra le personal health viewer de chaque citoyen, explique le SPF Santé publique. Le portail offre un aperçu du type de données de santé disponibles en ligne pour la personne concernée qui, en un seul clic, sera renvoyée vers la bonne plateforme où elle pourra ensuite consulter ses données. Grâce à l'authentification unique (single sign-on), le citoyen ne doit s'identifier qu'une seule fois sur Masanté. L'identification peut alors se faire à l'aide d'un lecteur de carte eID ou de l'application itsme®". L'accès au site, disponible en français et néerlandais (et bientôt en allemand et en anglais), est entièrement sécurisé.

Si, dans les mois à venir, l'offre sera au fur et à mesure élargie, pour l'heure, on peut d'ores et déjà trouver sur Masanté des liens vers certaines données de santé, dont le résumé de son dossier chez le médecin généraliste et des données venant des hôpitaux, comme des résultats de radios ou d'examens, ou externes à ceux-ci, tels des résultats de laboratoire.

La version actuelle du site est un point de départ, insiste-t-on au SPF Santé publique. Il va en effet progressivement évoluer et voir son contenu enrichi. "Aujourd'hui, les citoyens ne voient pas tous le même type de données sur Masanté, explique encore le SPF Santé publique. Cela est dû à plusieurs choses. Les plateformes externes doivent notamment effectuer des adaptations afin de pouvoir être reliées à Masanté. Ces plateformes ne finaliseront pas toutes cet exercice en même temps. De plus, les règles relatives au partage de données peuvent varier d'une plateforme à l'autre, faisant que certaines données ne sont pas visibles. Sans oublier qu'avant de pouvoir consulter ses données en ligne, il faut bien entendu que les prestataires de soins les aient avant tout encodées par voie numérique et que le patient ait bien autorisé l'échange de ses données par voie électronique".

"Nous travaillons de façon étroite avec toutes les parties concernées pour que chaque patient ait au plus vite et facilement accès à ces données, fait savoir Maggie De Block. Aujourd'hui, certains trouveront déjà beaucoup de données, d'autres moins. Mais cela ne doit pas nous empêcher de lancer le portail Masanté. Bien au contraire, le fait que les patients utiliseront régulièrement cet outil dans la pratique nous permettra de l’affiner et de l'optimaliser davantage".

Pour ce faire, le SPF Santé publique collabore avec les associations représentatives des patients (la Vlaams Patiëntenplatform, la Ligue des Usagers des Services de Santé, Patiënten Rat & Treff) dans le cadre du développement de ce nouveau portail, ainsi qu'avec différentes plateformes mettant des données à disposition des patients en ligne.

Il faut que tous les intervenants jouent le jeu

" Le portail "Masanté" ne sera un vrai outil pour le patient que si tous les intervenants (professionnels de la santé, mutuelles, administrations,...) qui doivent l'alimenter jouent le jeu. Le site doit continuer à évoluer et de plus en plus d'informations doivent être intégrées", préconise, dans une réaction, la Ligue des usagers des services de santé (LUSS), qui a participé au développement de Masanté.

Il faut bien entendu aussi que les prestataires de soins aient, avant tout, encodé les données par voie numérique. Ils choisiront d'ailleurs dans quelle mesure le patient peut accéder à l'intégralité des informations le concernant, ou non. Ce dernier doit, lui, autoriser l'échange de ses données par voie électronique, via ce que l'on appelle le 'consentement éclairé'. Celui-ci peut se faire via le site www.patientconsent.be. Les parents en sont responsables pour les enfants jusque 16 ans. L'adolescent doit ensuite lui-même donner son accord à un tel échange de données.

"Le portail "Masanté" est un outil qui, s'il est bien utilisé, permettra à toute personne de mieux comprendre sa situation de patient et donc de mieux prendre part activement à sa prise en charge, note encore LUSS. Etre acteur de sa santé demande à chacun et à chacune de collaborer, d'échanger, de coopérer."