Diète hyperprotéinée de De Wever: un régime parfois très dangereux

Entretien, Laurence Dardenne Publié le - Mis à jour le

Vidéo
Sciences - Santé

Un avis ou un sentiment quelque peu "mitigé", voilà ce qu’inspire la perte de poids de 58 kg en neuf mois de Bart De Wever, à Serge Pieters, président de l’Union professionnelle des diplômés en diététique de langue française.

Quels sont, selon vous, les points positifs ?

Il faut reconnaître qu’il s’agit d’une belle perte de poids qui témoigne d’une grande volonté. Par ailleurs, la pratique du sport dans le cadre de ce régime reste une chose positive.

En contrepartie, vous émettez plus que des réserves par rapport à ce régime…

En effet, la quantité de perte de poids ainsi que la vitesse à laquelle elle s’est faite a de quoi inquiéter. Les diététiciens se basent généralement sur une perte de 500 g à 1 kg par semaine. En outre, le type de régime utilisé ne nous paraît pas être le plus recommandé. Il s’agit de poudres en sachets : c’est relativement cher, très peu convivial voire asocial, d’un goût très moyen et, surtout, cette méthode ne permet pas de modifier le comportement alimentaire. Ainsi, une personne qui mangeait une entrecôte, des frites et de la béarnaise, va prendre ses sachets puis, une fois le régime terminé, reprendre ses anciennes et mauvaises habitudes alimentaires, sans comprendre où était le problème. Or, l’intérêt d’un régime est aussi d’arriver à changer le comportement alimentaire. Ici, expliquer l’intérêt de remplacer l’entrecôte par un steak, les frites par une pomme de terre en robe des champs et la béarnaise par une sauce à l’estragon, par exemple, qui serait tout aussi goûteuse mais nettement moins grasse.

En quoi consiste précisément ce régime ?

Il s’agit d’une diète hyperprotéinée avec un régime hypocalorique qui suppose qu’il ne mangeait pas plus de 800 kcal par jour. Or, un homme comme lui devrait absorber quotidiennement au moins le triple, soit 2 400 kcal. Et le fait de consommer trop peu de calories entraîne toute une série de dérèglements hormonaux et physiques.

Quels sont précisément les dangers ?

L’un d’entre eux est la fonte musculaire. Or, il ne faut pas oublier qu’un des muscles principaux est le cœur, lequel risque également de fondre Par ailleurs, ces régimes sont généralement carencés dans toute une série de vitamines et de sels minéraux. Si ces régimes permettent effectivement de faire perdre de la graisse, ils peuvent aussi dégrader l’organisme, avec la production et l’évacuation de déchets métaboliques - provenant de ces graisses - pas forcément bons pour la santé. On peut aussi craindre une décalcification, voire une déshydratation, ainsi que des atteintes au niveau du foie et des reins.

Des effets secondaires pas anodins…

C’est exact. Ce régime peut s’avérer très dangereux; c’est pourquoi un suivi médical et régulier (hebdomadaire) est absolument indispensable, ainsi que des contrôles par la suite afin de s’assurer qu’il n’y a pas eu d’atteintes particulières.

Découvrez la suite de cet entretien dans votre Libre de ce mercredi

Suivez l'actualité de LaLibre.be sur nos comptes Twitter et Facebook. Et téléchargez gratuitement nos applications pour iPhone , iPad et Android, où vous pourrez également télécharger l'édition du jour.
Publicité clickBoxBanner