Sciences - Santé

Non, il ne s'agit pas d'une fiction. En 1712, en Suède, il y a bien eu un 30 février.

Pour comprendre comment cela a pu se produire, il faut remonter des années en arrière, jusqu'à la Rome antique. A l'époque, Jules César impose dans toute la région le calendrier julien basé, sur la révolution de la Terre autour du soleil, destiné à corriger le décalage présent jusque-là. Aidé par un astronome, César adopte un calendrier où chaque année dure 365,25 jours. Pas si mal puisqu'avant lui une année pouvait compter 355 jours ou encore 378 jours. Il décide également d'ajouter un jour toutes les années bissextiles afin de rattraper le soleil.

Malheureusement, au fil du temps, les scientifiques se sont rendus compte qu'une année durait légèrement moins longtemps : 365 jours, 5 heures , 48 minutes et 45 secondes au lieu de 365 jours et 6 heures comme le pensait César. La différence n'est certes pas très grande mais les minutes se sont accumulées et sont devenues des jours.

10 jours supprimés d'un coup à cause de César

En 1582, le pape Grégoire XIII décide donc d'adopter le calendrier grégorien qui porte son nom. L'idée? Corriger l'erreur de Jules César. "A la fin du XVIe siècle, la date du printemps s’était décalée d’une décade par rapport à ce que disait la place de la Terre par rapport à notre étoile et, surtout, la date de Pâques – voilà pourquoi le Pape s’en mêle –, calculée par rapport à l’équinoxe de printemps, glissait elle aussi" , explique Le Monde qui se base sur le livre d'Olivier Marchon "Le 30 février. Et autres curiosités de la mesure du temps".

Le pape Grégoire, pour rattraper les jours "en trop" du calendrier de César, décide de modifier légèrement le calcul des années bissextiles mais surtout de supprimer 10 jours d'un coup. En 1582, on est donc passé du 4 octobre au 15 octobre en un seul jour. Les contrées catholiques se sont alignées sur cette décision du Pape, mais cela n'a pas été le cas partout. La Suède, par exemple, a continué à appliquer le calendrier julien pendant encore cent ans après son abolition par le Pape. En fin de compte, elle s'est rendue compte que sa décision posait des problèmes dans ses relations avec les pays voisins, elle a donc finalement adopté le calendrier grégorien. Plutôt que de supprimer d'un coup les maintenant 11 jours de retard, la Suède a décidé qu'il serait plus judicieux de supprimer uniquement les 29 février des années bissextiles. Un changement qui allait donc prendre 40 ans. Qu'à cela ne tienne, le pays a donc commencé par supprimer le 29 février 1700.

Un 30 février surprise

Malheureusement, c'est au même moment que débute un énorme conflit au Nord de l'Europe dans lequel la Suède se retrouve empêtrée. Le changement de calendrier était donc son dernier souci. Les 29 février ne furent pas supprimés comme cela aurait dû l'être et la Suède se contenta de repasser à son bon vieux calendrier julien. Oui, mais, problème : le 29 février 1700 avait déjà été supprimé ! Pour coïncider de nouveau avec l'ancien calendrier, il a bien fallu rajouter un jour quelque part. Ce fut chose faite en 1712, année bissextile, qui compta donc exceptionnellement un 30 février en plus de son 29 février !

Après toutes ces péripéties, la Suède décida finalement de passer, comme tout le monde, au calendrier grégorien en 1753 en supprimant 11 jours d'un coup. Ouf !