Sciences - Santé

Le produit belge contre la rhinite allergique aux graminées a réussi les tests cliniques décisifs.

La société belge Asit Biotech, basée à Bruxelles et dont les laboratoires sont implantés à Liège, vient de démontrer l’efficacité de sa méthode de lutte contre les allergies. Cotée en Bourse de Bruxelles et de Paris, son cours avait été interrompu lundi, dans l’attente de la communication des résultats de cette étude. Le suspense est levé, ils sont positifs.

"Nous sommes heureux de présenter la première étude clinique jamais réalisée qui a démontré l’efficacité clinique des peptides allergéniques dans la vie réelle, dit Thierry Legon, administrateur-délégué. Cette étude confirme l’efficacité de notre produit gp-ASIT + dans l’allergie aux pollens de graminées." L’entreprise identifie ses produits en fonction de l’allergène cible : "gp" pour "grass pollen", pollen d’herbe, alors que ASIT + est l’acronyme d’Allergen-Specific Immuno Therapy, "et + parce que l’on espère être meilleur que les autres. Ce qu’on a obtenu va plutôt dans ce sens", dit François Meurgey, directeur marketing.

Large panel de patients

L’étude a été menée dans 67 centres hospitaliers en Belgique, République tchèque, France, Allemagne, Italie et Espagne. La phase III implique un panel se situant entre 500 et 2 000 patients. La présente étude a porté sur 554 personnes.

Le produit contre la rhinite allergique aux graminées a été obtenu à partir du pollen de Lolium perenne, c’est-à-dire de l’ivraie vivace, une plante herbacée monocotylédone de l’ordre des Poales, que l’on trouve couramment dans les prés et prairies. Plutôt que d’agir sur les symptômes comme les médicaments antiallergiques traditionnels, les peptides naturels extraits de l’ivraie agissent en stimulant le système immunitaire de la personne sensible aux graminées qui, dès lors, s’autoprotège.

C’est ce mécanisme que la première étude de phase III a validé de manière large, sur les 554 patients exposés de façon naturelle aux pollens de graminées. La société belge est très satisfaite de ces résultats en conditions d’exposition réelle des patients, car "malgré une saison des pollens atypique, nous avons obtenu des résultats concordants dans la réduction de consommation des médicaments et de symptômes".

Mise sur le marché

Cela ouvre les possibilités de production et de commercialisation d’un produit innovant : "Nous sommes impatients de poursuivre nos discussions, sur la base des résultats détaillés, avec les autorités réglementaires en Allemagne et aux Etats-Unis, pour définir un chemin clair vers le prochain développement clinique et l’autorisation de mise sur le marché", dit Thierry Legon. En effet, l’Allemagne est le pays le plus important en Europe pour l’immunothérapie. Alors qu’aux Etats-Unis, la réglementation impose un essai de phase III complémentaire, il est possible que l’Allemagne se satisfasse des résultats déjà obtenus.

Les enjeux sont énormes : "L’on peut considérer que 6 millions de personnes aux Etats-Unis et 5 millions en Europe vont chez l’allergologue, dit Thierry Legon. Le nombre de patients potentiels est de 3,5 millions aux Etats-Unis et autant en Europe, ce qui fait 7 millions pour l’affection rhinite allergique."

Chez Asit Biotech, l’on déplore que le marché belge soit inexistant dans le domaine de l’immunothérapie, faute de remboursement, "alors que les gouvernements encouragent la recherche. C’est une contradiction", constate François Meurgey, qui espère bien que des discussions avec les autorités d’enregistrement et de remboursement vont s’engager.

D’ores et déjà, chez Asit Biotech, l’on est prêt : "La production à l’échelle commerciale est maîtrisée, explique Thierry Legon, préalablement aux phases III, nous nous sommes attachés à produire de manière robuste nos principes actifs et solutions injectables." La production industrielle sera confiée à des sous-traitants européens.

Et maintenant, les acariens !

Ces résultats quant à l’efficacité du mécanisme d’action d’AST + confortent le développement d’autres produits ciblant l’allergie aux acariens, à l’ambroisie et les allergies alimentaires. A la mi-janvier, Asit Biotech s’est vu attribuer un financement, sous forme d’avance remboursable, de six millions d’euros par le gouvernement wallon, afin de soutenir le développement d’antiallergiques contre la sensibilité au lait, aux œufs, aux arachides. Le deuxième produit d’Asit Biotech, contre la sensibilité aux acariens, est actuellement en phase IIA. Les résultats sont attendus dans les prochaines semaines.