Sciences - Santé Le Canada va plus loin dans ses techniques écologiques en ayant recours à l'aquamation.

Avec l'aquamation, le corps se dissout après plusieurs heures passées dans de l'eau chaude diluée avec un produit spécifique. Au Québec, le complexe funéraire Le Sieur est le pionnier de cette technique. "Notre procédé est une alternative plus naturelle et écologique à la crémation et à l’inhumation. C’est l’eau plutôt que le feu qui est utilisée pour retourner le corps à Mère Nature. Le nom scientifique du procédé pour cette crémation sans feu est hydrolyse alcaline. C’est le même processus qui intervient lorsqu'un corps est mis en terre mais il est accéléré dans une eau chauffée à 96 C° à laquelle on ajoute sodium et potassium", explique Eric le Sieur à Konbini.

Alternative écologique

A la fin du procédé, il ne reste plus que les os, qui sont ensuite broyés et remis à la famille de la personne décédée. L'avantage de cette technique est qu'elle consomme peu d'énergie: 1 kg de CO2 contre 160 kg pour la crémation. L'eau utilisée est ensuite dirigée vers une usine de traitement. "Les Canadiens, et les Québécois en particulier, sont très écologiques", assure Éric Le Sieur. "En plus, l’aquamation coûte moins cher qu’une incinération car on n’utilise pas de gaz et le client n’a pas à acheter de contenant de crémation pour faire brûler le corps".

Même si le concept reste relativement méconnu par rapport à la crémation, cette solution s'étend hors du Canada. La Californie vient de l'autoriser pour 2020. La Belgique, quant à elle, ne s'est pas encore prononcée sur le procédé.