Sciences - Santé Le gain profite surtout aux femmes. Et la Flandre creuse l’écart avec la Wallonie.

En 2016, l’espérance de vie à la naissance en Belgique s’établissait à 83,8 ans pour les femmes et à 79,0 ans pour les hommes. Pour l’ensemble de la population, elle s’établissait à 81,4 ans, annonçait, jeudi, le SPF Economie.

Par rapport à 2015, la hausse de l’espérance de vie est de 183 jours pour les deux sexes réunis. C’est en Flandre qu’elle est la plus importante où elle augmente de 206 jours. Mais ce sont les Wallonnes qui connaissent la plus nette progression, avec un "boost" de 245 jours.

Avance flamande

L’espérance de vie à la naissance est plus élevée en Flandre (82,4 ans) qu’à Bruxelles (81,2 ans) et qu’en Wallonie (79,7 ans). L’écart entre la Flandre et de la Wallonie ne cesse de croître : de 2 ans en 1996, il est passé à 2,7 ans en 2016.

Au niveau provincial, le Brabant flamand (82,33 ans), le Limbourg (82,26 ans), la Flandre-Occidentale (81,94 ans) et la province d’Anvers (81,91 ans) présentent les meilleures situations sanitaires, tandis que les provinces de Luxembourg (79,85 ans), de Liège (79,61 ans), de Namur (79,33 ans) et de Hainaut (78,65 ans) se situent sensiblement en dessous de la moyenne nationale.

En 2016, la progression annuelle s’avère plus importante pour les femmes (+229 jours) que pour les hommes (+145 jours). L’avantage féminin séculaire s’établit désormais à 4,84 ans (contre 4,61 ans en 2015), même si l’écart entre les sexes se réduit progressivement.

En Belgique, la mortalité générale a diminué en 2016, avec un taux brut de 9,6 pour mille (contre 9,8 en 2015). Cette baisse du nombre de décès (de 110 508 en 2015 à 108 056 en 2016) a permis, un net progrès de l’espérance de vie.

Epidémies de grippe

Pour rappel, ces vingt dernières années, l’espérance de vie a augmenté en moyenne de plus de deux mois (76 jours) chaque année. Seules trois diminutions ont été enregistrées : en 2008, 2012 et 2015.

Ces baisses étaient dues, structurellement, au vieillissement de la population et conjoncturellement, à des épidémies de grippe touchant plus durement une population âgée toujours plus nombreuse.