Sciences - Santé

L'agence de recherche sur le cancer de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a estimé mardi que l'usage des téléphones portables devait être considéré comme "peut-être cancérigène pour l'homme".

"Les preuves, qui continuent à s'accumuler, sont assez fortes pour justifier une classification au niveau 2b" (un des cinq niveaux de la classification qui définit des produits "peut-être cancérigènes pour l'homme"), a estimé Jonathan Samet, président du groupe de travail, à l'issue d'une réunion qui a rassemblé pendant huit jours à Lyon une trentaine d'experts de 14 pays sous l'égide du Centre international de recherche sur le cancer (Circ).

"Le groupe de travail a fondé cette classification (...) sur des études épidémiologiques montrant un risque accru de gliome, un type de cancer du cerveau associé avec l'usage du téléphone sans fil", a dit Jonathan Samet lors d'une conférence de presse téléphonique.

Ce classement signifie qu'"il peut y avoir un risque, et que donc nous devons surveiller de près le lien entre les téléphones portables et le risque de cancer", a-t-il ajouté. Les experts ont analysé toutes les études déjà publiées sur le sujet.