Sciences - Santé

La Belgique a livré hier un télescope à l'agence spatiale européenne. Direction: le Soleil. Percer ses mystères aurait un impact direct sur les technologies terrestres.

Cela a pris dix ans de travail au Centre spatial de Liège. Mais ça y est, le boulot est terminé. Mercredi après-midi, le télescope "bruxello-liégeois" Extreme Ultraviolet Imager a quitté le CSL, pour être livré à l’Agence spatiale européenne afin d’être intégré sur un satellite qui s’envolera vers le Soleil. Et jeudi, le télescope est arrivé au Royaume-Uni, sur le site de l’entreprise Airbus à Stevenage, où tous les instruments du satellite doivent être envoyés pour être montés.

Images en haute résolution

Objectif de cette sonde "Solar Orbiter" : prendre des images de notre étoile avec une précision inégalée jusqu’ici. Le télescope belge, développé par l’Observatoire royal de Belgique et le Centre spatial de Liège, a pour mission de prendre des images à haute résolution du Soleil dans l’ultraviolet extrême. L’atmosphère terrestre bloque ce rayonnement qui ne peut donc être observé que depuis l’espace. Comparé à son apparence sous de la lumière visible, le Soleil aura une tout autre "tête" dans la lumière ultraviolette : on pourra apercevoir de la matière solaire en suspension, des particules quittant le soleil et y retombant (elles forment des boucles épousant celles causées par un champ magnétique solaire qui est très perturbé). Voire même enregistrer des explosions plus violentes de plasma (bulles ou éruption), pouvant avoir un impact sur la Terre.

(...)